le petit monde de chevaljak Index du Forum le petit monde de chevaljak
La planète internautique et narcissique de Jacques Chevalier, citoyen du monde
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mes écrits sur Facebook
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le petit monde de chevaljak Index du Forum » le petit monde de chevaljak » Les écritures de Chevaljak
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:02 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

29 mars 2009 : Un peu comme sur une brocante.

Aux étals du fil des jours qui passent et jamais ne reviennent qu'en souvenirs, nous paraissons plus ou moins "achetables", enfin, nous le croyons et comme les produits en vente rapide des supermarchés nous sommes plus soupesés que le frais aux belles apparences. C'est qu'il faut à la fois faire la bonne affaire et y mettre le moins de prix possible. Souvent notre emballage a perdu de son lustre et comme certains fruits nosz peaux ont tendance à se friper, de fait nous n'attirons plus toute la clientèle. Dans ce grand marché où nous passons tantôt marchandise, tantôt consommateur, le marché est chaque jour plus exigeant, et nous nous sentons comme attirés inexorablement par les containers-poubelle, avec leurs gueules grandes ouvertes prêtes à nous engloutir.
Parfois, est-ce la chance, le hasard, l'écrit divin, on fait ou on est la bonne occasze ! Et de quelque côté où on se trouve c'est un moment magique, un rayon de soleil, une soif étanchée, et on voudrait que çà dure, longtemps, très longtemps, jusqu'après que le capot du container se soit fermé sur nous. Et bien souvent tel n'est pas le cas même quand pourtant tout était parti sous les meilleurs auspices. Cela capote misérablement et on en vient à courir au devant du container, certains y plongent d'ailleurs, perdus, éperdus.
"La vie n'est pas un roman", c'est Alphonse Daudet qui écrivait çà dans un roman peu connu "Jack" et j'y ajouterais aussi les paroles du refrain de la chanson de Brel "Orly"... "mais nom de dieu que c'est triste Orlmy, le dimanche, avec ou sans Bécaud".
Non je ne veux pas vous "fouttre" le cafard ni vous faire comprendre que je ne suis pas bien, je suis comme je suis, ni bien, ni mal, tantôt marchandise, tantôt chaland, au croisement des regards.

23 mars 2009 : Du passé faisons table rase...

Et si on oubliait tout ce qui concerne notre propre passé, du moins tous les mauvais souvenirs, les échecs, les trucs qui nous donnent envie de gerber, voire de boire et qui sont à nous, imprégnés en nous, si on se contentait des seuls bons souvenirs et qu'on les gardait en nous, rien que pour nous pour ne pas faire du tort aux autres, pour ne pas attiser leurs convoitises, pour ne pas leur donner des regrets ou des dissentiments ?
Et si on décidait que seule l'Histoire, avec cette grande H qui en a fait rouler des têtes, était la seule référence où l'on mettrait tout ce que notre passé à tous et à chacun a de collectif ? Où commence et où se termine le collectif quand il s'agit des histoires impliquant au moins deux personnes ?
Le fait est que l'Histoire du monde reconnait plus les guerres et autres exploits guerriers que les épisodes plus ou moins long de paix et de bonne entente, à peine peut-on imaginer que tout était pour le meilleur entre deux bains de sang. Même l'histoire plus personnelle, les histoires d'amour ne concernent que ceux qui font la une de l'histoire et, en nos époques, de la presse mais le "people" ne dit rien du peuple sinon qu'il consomme et qu'un jour il risque d'être étouffé par trop de choses, trop de réchauffement climatique et pas assez de vie saine balisée dans l'air du temps.
Il vaudrait donc mieux quand on est rien que des ploucs, même des ploucs "instruits" usant des médias comme le net et facebook par exemple, ne plus rien dire de soi-même, de ce qu'on a gros sur la patate et d'envoyer des bisous, des coeurs, des cercles, des bulles de savon (car aussi belles et solides qu'elles) à ceux et à celles qui font, sans trop le savoir, comme nous partie de notre histoire avec une petite h juste capable de fendiller le fond de nos frêles esquifs voguant sur la houle, si peu, perdus dans la foule, conféttis intemporels et sans importance.
Et la roue tourne, cette la la fortune, de ceux qui en vivent, de ceux qui en profitent et les milliards de benêts que nous sommes la regardent tourner et s'imaginent leurs propres roues, tentent de les faire partager à l'autre, à d'autres et çà n'a qu'un temps et n'entre même pas dans une case de l'Histoire, de la mémoire collective, c'est tout juste comme un repas pris ensemble et diversement digéré et déféqué selon l'état de la tuyauterie et l'entrée A et la sortie Z, tout dépendra non seulement de l'état de la machine mais aussi de sa vélocité, de l'aliment en lui même, de son assaisonnement et des quantités et qualités de liquide bues avec lui. Ainsi l'Histoire retiendra de moi mes allusions scatologiques du lundi matin, par exemple.
Bon ceci dit, voici encore une belle page qui ne suscitera guère de commentaires à mon avis, enfin on ne sait jamais, peut-être certains y trouveront-ils des indices, des stigmates, des trucs et des machins qui dans un futur improbable pourraient constituer les bases d'une nouvelle philosophie. Après tout, les plus grand philosophes n'ont jamais été que des observateurs érudits qui savaient écrire, donc lire, et même entre les lignes, et sans lunettes ! Chapeau les mecs !

9 mars 2009 : Pourquoi avoir plein d'amis sur Facebook ?


On me dira que c'est con et que rien ne remplace les "vrais amis" qui eux se comptent chez certains sur les doigts d'une seule main. Oh bien sûr, je viens d'atteindre le cap des 700 amis et il y en a bien la moitié que je n'ai même jamais rencontré dans la vie réelle, ce n'est pas pour cela qu'ils ne deviendront pas mes amis en live un jour ou l'autre. Quand on vit seul et qu'on ne sort que pour quelques réunions, même en ayant une vie très active, même en ayant un job, ce n'est pas pour autant qu'on se lie d'amitié avec les gens qu'on rencontre et je m'aperçois que via le net, en ce qui me concerne du moins, je fais chaque jour connaissance de personnes intéressantes, attachantes, itou itou que je prends plaisir à retrouver on line comme à les rencontrer dans la vie réelle. internet a fort élargi le cercle de mes vrais amis et encore plus celui de mes connaissances. Beaucoup d'amis cela permet aussi de cibler mieux des personnes selon leurs intérêts, surtout quand il sont proches des miens dans les divers domaines où je milite, où je suis actif. Cela permet aussi de donner un coup de main quand cela se présente, d'être même "socialement" utile comme de "recevoir" aussi. Internet est une invention formidable quoiqu'en disent ses trop nombreux détracteurs. Et Facebook, de par sa facilité d'usage et son rayonnement est un outil précieux une fois qu'on arrive à se dégager de toutes ces applications, sympathiques le plus souvent, qui vous font perdre un temps fou. Mais il en faut pour tout le monde et être tolérant n'est pas obliger tout le monde à être sur la même marche de son propre seuil de tolérance. Voila je mets le cap vers les mille amis, je ne suis pas pressé, il y a tant d'autres belles et bonnes choses à faire avec celles et ceux qui sont déjà là ! A vous toutes et vous tous, mes amis sur Facebook merci d'être ces amis-là.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:02 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:03 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

1 avril 2009 : Le clini-clown s'est évadé !

C'est pas un clown de cirque, encore moins un clown de clinique, il déteste l'odeur des hopitaux et ne sait que dire quand il visite des ami(e)s hospitalisé(e)s. Parfois il est malade, courbaturé et grimaçant, il râle pas mal et ferait peur si on l'écoutait à ces moments où le fatalisme se rappelle au Jacques qu'il a toujours été.
Son cirque à lui, sa clinique à lui, son monde où il arrive à faire du bien aux autres comme à lui-même c'est l'internet. Point de piste étriquée où les animaux-humains tournent en rond ou sautent entre des anneaux, point de dames patronnesses ou autres têtes couronnées penchées avec compassion sur des petits lits blancs ou des fauteuils relax pour centenaires à photographier. Le clini-clown de service ici opère sans filet et quand il rate ses tours il s'en prend plein la gueule ou se fait qualifier de fou. Une qualité qu'il apprécie pourtant mais pas dans la conception que s'en font les gens dans la norme plate comme le pays.
Ce clown est autodidacte, il improvise en permanence, selon son humeur, parfois il arrive à faire sonner quelques cordes sensibles, déclenchant çà et là des fous rires ou des pleurs et fort souvent au moins une once d'intérêt. Il le sait, on lui dit en public comme en privé, on lui dit plein d'autres choses aussi en privé et, parfois, lui qui n'est jamais qu'un homme comme les autres hommes, sent monter en lui la douleur des autres et l'envie de la prendre toute pour la transformer en énergie positive, mais c'est du rêve, il n'est ni médecin, ni guérisseur et encore moins une variante de la corporation des psys. La misère humaine c'est souvent une grosse assiette à avaler, rapidos et à digérer quand elle est passablement indigeste, le clown en ce cas accorde du temps au temps avant de rebondir, ses mauvaises expériences de réponses dans l'urgence, il les revoit toutes. Quand il se rend compte qu'il ne sera pas pas capable d'être assez fort pour réagir, contrairement à l'ancien temps où la bibine était son produit miracle, il envisage des aides car il y a plein d'autres clowns sur le net qui, même malades eux-mêmes peuvent apporter bien plus que lui seul en relative bonne santé pourrait apporter.
N'empêche le clown parfois, comme ce soir, crève de mal à l'estomac car il ne sait comment faire pour une amie et çà le taraude. La nuit porte conseil dit-on et se dit-il. Il y a des fois où le virtuel n'est manifestement pas suffisant mais le réel est parfois impossible. Restent les ondes, encore fait-il y croire et pour cela le clown matérialiste est encore dubitatif.
Pas très drôle mon texte ce soir, le clown espère qu'il ne vous donne pas le cafard, enfin comme pour les autres vous l'avez lu jusqu'au bout et il suscitera de votre part, peut-être des réactions, c'est le moment de les écrire tout en vous disant que vos mots apportent quelque chose de plus à d'autres comme au clown lui-même.

31 mars 2009 : Du virtuel au réel... Facebook... un site de rencontres ?

Site de rencontres : pour le commun des mortels c'est un site où on cherche beaucoup, et où on trouve rarement l'amour ou ce qu'on cherche d'autre ayant toujours une connotation sexuelle, même si quelques sites de ce type se distinguent en établissant des rubriques comme : amitié ou activités. Le fait est que la trame, le profil pour se présenter en clair, est souvent cousue de fil rose, même pour aller marcher dans les bois il y a toujours du Cupidon dans l'air. La caractéristique du site de rencontre est qu'il est toujours payant même quand l'inscrïption est gratuite, pour bénéficier des fonctionnalités et que c'est toujours plus cher pour les hommes que pour les femmes. Les rencontres se font tant sur le site que dans le réel dans une certaine confidentialité, d'ailleurs chaque personne inscrite se dote d'un pseudo
Réseau social : comme Facebook, permet des rencontres non pas entre une personne en cherchant une autre selon des critères définis (suggérés parfois) par elle-même, mais avec DES personnes selon aussi des critères plus ou moins établis (voire aussi suggérés) mais là on remarque qu'il y a moins, ou pas du tout, de confidentialité, on voit une majorité de personnes sous leur vraie identité et à visages découverts et surtout que c'est le même tarif tant pour les hommes que pour les femmes, c'est gratuit.
Les codes de conduite tant au niveau des sites de rencontres que des réseaux sociaux sont fort semblables même si les objectifs avoués sont bien différents.
Etant inscrit sur un site de rencontres et sur Facebook, je remarque de plus en plus que le réseau social s'implante de plus en plus dans la logique des sites classiques de rencontre sans toutefois clairement y faire référence. Il arrive parfois que des "amis" sur facebook se trouvent être aussi des candidat(e)s au grand Amour sur les sites de rencontre, c'est d'ailleurs parfois assez cocasse.
Ce que permet un réseau social, comme de regrouper des gens partageant des intérêts communs, un site de rencontre ne le permet pas hormis dans des rencontres en "réel", qu'elles s'appellent "visus" ou "soirées pour célibataires". Dans un réseau social on retrouve tout ce qui fait la "société" en bien comme en mal et comme c'est "collectif" cela crée un rapport différent mais qui peut déboucher, comme dans tout sur des amitiés plus particulières et plus.
Je tiens beaucoup au réel, y compris et surtout dans la défense d'idées, pour moi un groupe facebook c'est aussi des gens sur une même longueur d'onde qui peuvent ainsi se fréquenter et agir dans le réel, collectivement. Et pourquoi pas plus entre telle et telle personne en particulier, nous sommes des animaux sociaux qui n'aiment pas de vivre éternellement seuls.
Une grande tartine pour raconter des évidences... vous direz-vous ? Je suis pourtant convaincu que plus les réseaux sociaux se développent et diversifient leurs champs d'action et plus les sites de rencontre ont du mal à tenir la route, je ne parle pas ici des sites de cul entendons-nous bien là dessus. Bon, je ne vous propose pas une grande discussion philosophique sur le sujet mais si vous avez pris la peine ne me lire jusqu'ici c'est que vous n'êtes pas insensible au sujet, alors réagissez comme bon vous semble.

30 mars 2009 : La cinquantaine... "papi on" ou "papi off"... un peu des deux...

J'aurai 56 ans fin octobre, le milieu de la cinquantaine rugissante, j'aime bien cet âge qui n'est pourtant pas encore celui des loisirs puisqu'il me faut encore travailler quatre ans et demi avant cette pension moins bien confortable que si je la prends à 65 ans qui est la norme légale butoir. Quand je vois mon passé d'alcolo et de fumeur, mon obésité et ma vie de bâton de chaise, même avec quelques "méhins", la vue basse et les dents en chicots, je me considère encore comme un papi on, ou plutôt un presque papi on puisque je ne suis que papou pour le moment. Et j'espère rester "on" le plus longtemps possible et céder souvent ma place dans le bus à mes aînés et aux femmes enceintes.
Parfois pourtant je me sens papi off, surtout les jours où j'oublie de prendre ces foutus médocs que je dois prendre "ad vitam" comme on dit, ou encore quand je me paye des crampes nocturnes aux mollets, ou encore quand au moindre effort ce lumbago me poursuit. Si un jour une thrombose tel un tsunami me rend gaga ou qu'Alzeihmer m'affilie dans son association, je dis à ceux et celles que j'aime qu'ils ont ma bénédiction "urbi et orbi" pour m'euthanasier, les écrits restent. Je veux rester un papi on et si je passe en off autant que ce soit un off total rapide qui ne coutera pas inutilement à la sécurité sociale. Ce matin j'ai appris la fin toute proche d'une amie deux ans plus jeune que moi, l'hospitalisation d'un vieux pote qui est presque mon frère, la fin programmée du mari d'une collègue, une autre amie en mauvais état à l'hosto, tous dans cette cinquantaine rugissante. Cela fait réfléchir. Cela me fait dire que la vie est belle et qu'il faut en profiter un max, faire ce que l'on aime et croire encore à ses utopies, à l'Amour, se battre pour les autres, se donner à fond la caisse tant qu'on peut, et merde à la faucheuse ! Moi je ne me satisfais pas d'un éventuel paradis, ou de la vie au delà de la mort, je vis au présent et au futur de ma vie, c'est elle seule qui me fait vivre et tout ce que je peux mettre avec pour qu'elle soit la plus belle possible.
Voila, encore un de mes petits billets d'humeur, ou de mes "petits cacas nerveux" comme disent certains derrière mon dos, si vous avez pris la peine de le lire jusqu'au bout c'est que vous êtes de mes amis.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:03 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

5 avril 2009 : Lever le voile sur un faux problème !

Dans nos pays où la "libre pensée" est de mise tout mouvement, organisation, association qui se crée est sujet à questionnements pour déterminer s'il ne s'agit pas en fait de quelque chose qu'on peut assimiler à une secte ou à un dérivé d'une secte aux intentions plus ou moins malveillantes.
C'est ainsi que chez beaucoup de gens les concepteurs initiaux de la Marche Mondiale pour la Paix et la Non-Violence on entend de ci, de là, des critiques fuser car lancée à l'initiative d'une association internationale "Un Monde Sans Guerres", émanation du "Mouvement Humaniste" qui dans certains pays il y a quelques années a inspiré la création du PH (Parti Humaniste). Et dans notre pays dès qu'il y a un "parti" derrière un mouvement qui se veut le plus large possible, il y a forcément une idée de "récupération". Et comme le mouvement dynamique de cette Marche Mondiale prend au niveau mondial des proportions importantes, certains n'hésitent pas à agiter à tous vent le terme péjoratif de "secte". Et de voir en certaines personnes à l'initiative tant internationale que locale des "gourous"...
L'idée de la Paix implique le désarmement partout dans le monde, implique aussi un changement radical de mentalités et va à l'encontre du système économique qui régit le monde entier, la Paix est donc une valeur révolutionnaire et elle dérange tout ce qui est établi.
L'idée de la Marche Mondiale pour la Paix est de rassembler les peuples de la planète entière pour l'idée d'un monde où il n'y aurait plus de raison de faire la guerre, de s'entretuer pour des idées et pour les profits de quelques-uns. La Paix véritable exclut à quelque niveau que ce soit la notion de domination.
C'est très utopique il est vrai, mais c'est possible si tout le monde le veut. En cela la Marche Mondiale peut être une première grande étape qui devra être suivie par bien d'autres. La terre appartient à tout le monde, il faut tout simplement se dire et s'en convaincre. Est-ce là une idée sectaire ?
Je vous invite à lire (voir ci-dessous) cette page internet extraite du Larousse sur le mot "secte", c'est intéressant, certes vous me direz que Larousse n'est pas le meilleur dico mais c'est en tous cas celui le plus utilisé dans notre pays.
En tous cas je peux vous dire, personnellement, que je n'ai pas du tout l'impression d'être dans une secte quand je milite pour la Marche Mondiale pour la Paix et que les humanistes nombreux que j'y rencontre sont des gens d'abord et non des gourous. Mais peut-être suis-je moi-même un gourou ?
http://www.larousse.fr/ref/NOM-COMMUN-NOM/secte_90902.htm

4 avril 2009 : PANIQUE AU MISTRAL !

Le quartier du Mistral a Marseille n'a plus d'eau au robinet depuis quelques jours vu la présence probable d'une toxine d'origine inconnue sans une station de captage construite il y a peu par la société Phénicis. Plusieurs personnes ont été intoxiquées, déshydratées, et une au moins est à l'article de la mort. La présence de cette toxine d'un nouveau genre a été décelée par un jeune militant d'une organisation écologiste internationale sur base d'autres intoxications via ce moyen ailleurs dans le monde récemment. Il semblerait donc que la réaction de la Municipalité, de couper l'approvisionnement en eau du quartier le plus célèbre de la cité Phocéenne, inquiète bien plus loin que la Cannebière.
Bon c'est un feuilleton, c'est du toc, c'est pas le réel, même si, souvent, çà s'en rapproche furieusement, c'est "Plus Belle la Vie", c'est mon feuilleton préféré parce qu'il est aussi con qu'un feuilleton américain mais bien plus proche de nous que les experts-machin et les house-wifes trop superficielles calquées au mode de vie amerloque.
Que risque-t-il de se passer au Mistral et pourquoi maintenant, à quelque mois des élections européennes qui ont pour enjeu la politique écologique de l'Europe face aux idées de Barack Obama pour l'américanisation du monopole de l'action (et donc des profits) de l'écologie au plan mondial ? D'autant plus rigolo que les USA n'ont pas ratifié les plus grands protocoles sur l'effet de serre notamment...
Le petit écologiste du fezuilleton, type "greenpeace", ne serait-il pas lui-même l'arroseur arrosé, fourrant des toxines inconnues dans une station pour mieux dénoncer une société de toutes évidences déjà bien connue dans l'arnaque aux chantiers publics, lieux de magouille par excellence où les imaginations ont tendance à noyer les politiques, socialistes surtout, dans la grande lessive "tous pourris".
Et les gens, l'immense masse des gens, de ne plus faire confiance à personne, de ne plus faire que des votes "merci" ou "merci d'avance pour tel ou tel avantage perso", choix pragmatique de l'écuelle la plus large possible et du quoi mettre dedans.
C'est vrai que les "verts" sont annoncés un peu partout comme vainqueurs dans les statistiques et que les autres partis ont tendance à copier les programmes écologistes comme en d'autres lieux certains partis démocratiques de droite copient, en Flandre surtout, le programme VB pour ratisser plus large. D'un côté c'est tout en fleurs et produits naturels, de l'autre c'est à qui fera le mieux au niveau du lisier, il n'y a que la langue qui change puisque tout est complémentaire. Et après ce constat il y en aura certains qui me diront que je fournis le terreau à l'extrême-droite !
Alors, un écologiste voyou dans un feuilleton regardé tous les jours par des centaines de milliers, des millions, d'électeurs lambdas... est-ce qu'on mesure les conséquences possibles ?
Voila c'était mon petit billet d'humeur du matin, un petit coup de pied au cul à mes amis de gauche pour qu'ils se réveillent, à mes amis écolos pour ne pas qu'ils croient que "c'est arrivé" et à tout le monde qui voit en Obama une espèce de nouveau Messie alors qu'il est un libéral pur jus. Comme d'hab, j'attends vos commentaires !

2 avril 2009 : Le Boulevard Piercot.

Celles et ceux qui regardent régulièrement ma page facebook savent mon amour pour ce boulevard liégeois, celui-ci n'a pourtant rien d'exceptionnel et mis à part le paon métallique et sa roue de fleurs admirant Charlemagne sur son cheval ces dernières sont plutôt rares parmi les pelouses à la Française de de promenoir-cabinet pour toutous à mémés, cerné par des emplacements de parking.
Sur ce boulevard il y a le Conservatoire et le buste d'Eugène Isaye, d'autres bustes de musiciens liégeois et quelques socles vides à jamais sans doute, on ne peut pas dire que la Ville de Liège, à part tondre ses pelouses, fait de grands efforts pour "soigner" ce grand espace reliant Avroy à la Meuse.
C'est devant ce Conservatoire que j'attends le bus pour rentrer chez moi après le boulot comme après mes divers passages à En-Vies tout proche. C'est là que j'attendais aussi le bus, jadis, pour retourner à Beaufays chez mes parents. C'est aussi là que des braves gens me ramassèrent un jour que je dormais fin plein sur une pelouse vers minuit parce qu'il commençait à pleuvoir et qu'ils eurent pitié de moi, c'était il y a... plus de trente ans...
Sur ce Boulevard, du temps où le Parti Communiste avait encore des représentants au Parlement, c'est de là que nous partions en manifestation le 1er mai, une heure après le dernier groupe de majorettes du PS pour ne pas qu'il y ait de confusion de genres, pas de notre fait mais sur ordre de police.
Le Boulevard Piercot pour moi c'est mon terrain de chasse pour le photographe amateur que je suis devenu depuis l'avènement du digital, presque chaque jour je fais des clichés insolites de "mon" boulevard, parfois je vous les mets ici quand çà me chante. Il n'a rien d'exceptionnel ce boulevard avec ses belles bâtisses bourgeoises enserrées dans les buildings "Amelinkx" de goûts douteux. Je me rappelle un jour où de jeunes étudiants y furent poursuivis par les gendarmes à cheval pour délit de changement d'itinéraire, épique autant qu'imbécile.
Je l'aime particulièrement les soirs d'octobre quand il commence à faire froid et qu'on y profite des flonflons lointains de la foire et des relents de croustillons et autres graisses à frites. Je l'aime quand il pleut et que les voitures pressées font gicler les flaques çà et là des voiries défoncées par tant de travaux inutiles vite et mal rebouchés. Et ses bancs... au premiers bons rayons de soleil d'avril quand on vient de rater le bus et qu'on en a encore pour une demi-heure, à ne rien faire qu'à regarder les gens qui passent...
Voila c'était mon petit texte du jour, sans prétentions, si çà vous a plu, c'est tout bon, sinon, n'en parlons plus.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:04 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

16 avril 2009 - Quand la "maison poulaga" m'empêche de dormir !

Ce matin j'étais au boulot avant 7 h 30, un solide mal de tête me taraudait et deux daffalgans ne firent aucun effet, en fait je me jouais une scène de "grand corps malade" et cela ne me faisait pas rire, vers 9 h 30 j'ai demandé à mon chef pour retourner chez moi et j'ai pris le bus quelques minutes après. Là j'ai appris par le chauffeur qu'un casse venait de se produire je ne sais où et que l'on recherchait activement quatre gars avec des sacs à dos ayant pris la poudre d'escampette à pied, donc susceptibles de prendre le bus, et tout le monde du coup de reluquer l'air suspicieux les autres passagers affublés d'un sac à dos. Je rentrais donc chez moi et oubliais cette histoire tout en reprenant deux daffalgans et la direction de mon lit. Soudain concert de sirènes dans la rue. Badaud comme la plupart de mes concitoyens j'allais reluquer à ma fenêtre et vis passer la maison poulaga avec force gyrophares et sirènes hurlantes se diriger verszun malheureux autobus à deux cents mètres déjà entouré par d'autres véhicules policiers tandis que la populace ameutée déferlait sur les trottoirs. Moi, vous me connaissez (comme disait San Antonio), ni une ni deux, reboutonner mon pantalon, prendre mon digimax et hop à la suite de mes voisins on the road again pour, peut-être, la photo du siècle, avant les photographes de presse. Raté. Chou blanc et la maison poulaga de se retirer aussi vite que la mer au Mont St-Michel quand elle monte. Bon, retour at home et au pieu, quelques minutes d'un somme réparateur et soudain "doumdoumdoumdoum" au dessus de la maison, le gros hélico blanc de la police fédérale, pas besoin de sirènes pour qu'on l'entende celui-là. L'est pas resté longtemps, juste le temps de me réveiller, et dehors... rien à signaler, à suivre comme dans les feuilletons mais là je ne me remets pas au lit.

12 avril 2009 : Faire le lit de l'extrême droite...

Ce matin j'étais au boulot avant 7 h 30, un solide mal de tête me taraudait et deux daffalgans ne firent aucun effet, en fait je me jouais une scène de "grand corps malade" et cela ne me faisait pas rire, vers 9 h 30 j'ai demandé à mon chef pour retourner chez moi et j'ai pris le bus quelques minutes après. Là j'ai appris par le chauffeur qu'un casse venait de se produire je ne sais où et que l'on recherchait activement quatre gars avec des sacs à dos ayant pris la poudre d'escampette à pied, donc susceptibles de prendre le bus, et tout le monde du coup de reluquer l'air suspicieux les autres passagers affublés d'un sac à dos. Je rentrais donc chez moi et oubliais cette histoire tout en reprenant deux daffalgans et la direction de mon lit. Soudain concert de sirènes dans la rue. Badaud comme la plupart de mes concitoyens j'allais reluquer à ma fenêtre et vis passer la maison poulaga avec force gyrophares et sirènes hurlantes se diriger verszun malheureux autobus à deux cents mètres déjà entouré par d'autres véhicules policiers tandis que la populace ameutée déferlait sur les trottoirs. Moi, vous me connaissez (comme disait San Antonio), ni une ni deux, reboutonner mon pantalon, prendre mon digimax et hop à la suite de mes voisins on the road again pour, peut-être, la photo du siècle, avant les photographes de presse. Raté. Chou blanc et la maison poulaga de se retirer aussi vite que la mer au Mont St-Michel quand elle monte. Bon, retour at home et au pieu, quelques minutes d'un somme réparateur et soudain "doumdoumdoumdoum" au dessus de la maison, le gros hélico blanc de la police fédérale, pas besoin de sirènes pour qu'on l'entende celui-là. L'est pas resté longtemps, juste le temps de me réveiller, et dehors... rien à signaler, à suivre comme dans les feuilletons mais là je ne me remets pas au lit.

7 avril 2009 : 123ème article depuis le 11 septembre 2008 !


Je viens de passer en revue ces 122 articles parus depuis un peu plus de 6 mois sur ma page Facebook, c'est comme les fromages belges, il y a un peu de tout et assez bien de commentaires, ce qui fait plaisir je dois l'avouer. Quand on écrit quelque chose sur le net, même si c'est souvent un "défouloir", on aime bien d'avoir du répondant et même un peu de contradiction. Je ne sais pas pour vous mais moi quand j'allume mon ordi et que j'arrive sur FB je suis content de voir le petit carré ouge en bas allumé avec un gros chiffre dedans et à l'accueil de réaliser que j'ai un paquet de gens qui demandent à être mes amis, c'est de l'auto-satisfaction, ou montée d'adrénaline positive. Bon c'est vrai que ce petit bonheur est de courte durée quand on s'aperçoit qu'en fin de compte il y a beaucoup de signalement de commentaires sur les pages d'autres amis où on est intervenu dans une discussion, qu'il y a aussi foule de demandes des diverses applications à système "boule de neige" et qu'en fin de comptes on a fort peu de vrai courrier. Avec près de 1000 amis je n'ai pas beaucoup plus de courrier que quand j'en avais une centaine, j'ai plein de suggestions et de demandes d'amitiés de gens que je ne connais pas et il m'arrive d'ignorer certaines demandes. C'est un peu comme sur les groupes, d'abord on est limité dans le nombre qu'on peut y être, c'est environ 80 à 100 groupes au max. Donc il m'arrive de me retirer de certains groupes qui manifestement n'ont plus de suivi et nombre d'amis font de même vis à vis des groupes que j'ai créés et qui restent actifs pourtant.
Dans quelques semaines on va voter en Belgique, la plupart des candidats en lice de tous les partis sont sur Facebook, des groupe de fans de tel ou tel se constituent, les "amis" se présentent comme des sections locales de certains partis, c'est un peu dommage comme je le disais ce matin "PS de Trooz", je préfère m'adresser à un humain qu'à une bannière, même rouge. Je remarque que de plus de gens prennent des pseudos et trouve cela dommageable à l'esprit Facebook, comment retrouver des vieux potes d'avant Internet s'ils sont là sous des pseudos actuels, si encore ils utilisaient le sobriquet dont on les affublait en classe... Bon, j'avais débuté ce 123ème article dans l'idée de vous parler justement des articles, des textes qui sont souvent le révélateur de nos états d'âme ou de notre humeur du moment, de l'envie parfois de gerber les mots à la face du monde, parfois ce sont des appels au secours, un peu comme ceux d'un mec qui s'enlise dans les sables mouvants à côté d'une plage remplie de joyeux vacanciers. Oh je suppose qu'une armada de psys et d'autres scribouilleurs de livres sociologiques et d'autres se penchent sur la question et son impact des fois que çà ferait vendre sinon des idées au moins du papier. Bon je vous laisse sur ces considérations, vous en faites ce que vous voulez, n'oubliez pas de tirer la chasse en sortant.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:05 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

25 avril 2009 : Poison d'Avril.

"La fumée contient du benzène, des nitrosamines, du formadéhyde et du cyanure d'oxygène". Bon, si on n'est ni chimiste, ni médecin, ni pharmacien on reste tout paf à se dire que cette fumée doit être vraiment très toxique ou alors qu'elle ne l'est pas trop sinon on ne l'écrirait pas noir sur blanc sur un paquet de tabac à fumer car les produits vraiment toxiques il est d'usage de ne pas trop en parler pour pas effrayer les gens !
Pourquoi donc ne pas se contenter d'affirmer péremptoirement que fumer nuit à la santé et peut provoquer le cancer ? Les spécialistes du marketing vous répondront qu'il faut varier les avertissements, qu'il faut tenir compte de la rapidité de l'information, du visuel et du ressenti des gens, des consommateurs, du public-cible, de la clientèle. A force de voir des corps explosés et des bains de sang aux différents JT, les simples avertissements ne suffisent plus, bientôt nous aurons, à moins que ce ne soit déjà le cas peut-être, des photos de poumons abimés par le tabac sur les paquets de cibiches, parait que ce sera écoeurant et que çà devrait en dégouter plus d'un(e) de fumer... Je reste septique.
En avertissant de la composition chimique de la fumée de cigarette on passe à un stade plus révélateur, on ne vous dit plus que c'est dangereux de fumer on vous "informe" sur la nature de la merde que vous produisez en fumant, et c'est un peu comme la composition des médicaments, faut être savant pour s'y retrouver donc c'est inquiétant. Mais je le dis et le répète ce ne sont pas des substances illicites sinon ce serait interdit à la vente ! C'est quoi d'abord une substance illicite ? Est-ce un produit nécessairement dangereux, toxique ou bien est-ce un produit qui par sa nature et son réseau de vente échappe aux lois du marché ? Si le haschich était conditionné par les cigarettiers, soumis aux accises et assorti d'une TVA je pense qu'il deviendrait licite. Oui mais... faut pas faire des amalgames, le hasch c'est une drogue qui détruit nos enfants, les conduit aux drogues plus dures, les entraîne dans l'accoutumance.... En plus on sait pas vraiment ce qu'il y a dedans, c'est pas contrôlé. Surtout donc ne pas mélanger un poison illicite avec les autres poisons licites, ceux qui sont admis, tolérés voire encouragés puisque, parfois, servant de sponsors aux compétions sportives, le sport c'est la santé, c'est bien connu !
Bon, je vais encore attirer la critique, ma technique du "melting-pot" rigolo va encore en déranger plus d'un, pourtant, sous son air gentillet, ce que je vous sers en pâture c'est de la dialectique... pardon, c'est quoi la dialectique ? Disons que c'est le rapport entre le formaléhyde de la fumée de cigarette et le prix de vente du paquet de celles-ci après que tous les intervenants en aient dégagé le bénéfice possible de la vente au consommateur final averti des risques. C'est tenir compte des tenants et aboutissants et de la contradiction qui ne freine pas l'action mais l'anticipe et l'accélère.
Purée ! Jacques Chevalier, tu nous emmerdes avec tes théories à la con le samedi matin, heureusement qu'à partir de 10 h ce matin jusque demain soir tu ne seras plus sur le net, tout le monde va pouvoir respirer librement. Grandes bouffées d'oxygène sans cyanure en perspective !

24 avril 2009 : Les vases communiquants.


J'admire toutes ces personnes qui chaque année mouillent leur chemise via RTL-TVI pour récolter des sous pour la recherche scientifique et toutes celles qui font de même via la RTBF pour les handicapés dans Cap48, ce sont d'ailleurs souvent les mêmes et ils ont toute ma considération. Cela me rappelle ma jeunesse quand le 11 novembre, bravant le froid piquant j'allais vendre des vignettes pour 11.11.11 ou encore durant un autre WE printanier mais souvent froid on se les gelaient aux carrefours à tenter de vendre des porte-clefs pour 48.81.00, de ce temps là on parlait en millions de francs. Tout augmente, maintenant c'est en millions d'euros qu'on traite. Ainsi donc l'objectif de Télévie cette année est d'atteindre 100 millions d'euros; 4 milliards d'anciens francs ! ? Partout l'ingéniosité des gens fera recette, le mouvement solidaire n'est pas un vain mot dans notre pays, quoiqu'on en pense. Cela n'a l'air de rien mais cent millions d'euros cela fait 10 euros par personne, bébés et vieillards alzheimérisés compris. Deux paquets de cigarettes par tête de pipe ! Juste un peu moins que les trois paquets de cibiches avec un biquet jetable par habitant pour soulager la misère des pauvres épargnants de la Kauphting, mais là c'est sans publicité, dans la discrétion, et pourtant le pognon, ces cigarettes, de toutes le cigarettes et du briquet jetable cela vient bien des mêmes poches, y compris de celle de Didier himself. Bon je veux pas jouer au rabat-joie et avoir l'air de râler sur tout et n'importe quoi mais je me dis que si l'Etat peut se permettre de mettre du pognon au Luxembourg pour permettre à leur tour à des gens de récupérer ce qui dépasse les 20.000 euros de garantie, c'est que l'Etat aide les riches. J'aimerais mieux qu'il aide la recherche scientifique et les handicapés, certes il le fait déjà mais ce pourrait être un peu plus... Télévie et Cap48 c'est de l'argent donné par des gens qui le font en conscience, selon leur volonté, leur solidarité, et ceux qui ne veulent rien donner... ne donnent rien et zappent ailleurs. Pour la Kauphting, c'est de l'argent pris directement dans la poche de tout le monde pour soulager des riches, sans que la population soit au minimum avertie, en catimini mais légalement. Vous allez me dire que si j'avais mieux géré ma vie, j'aurais peut-être été séduit comme 15000 compatriotes pour placer mes économies dans une banque étrangère me faisant profiter d'intérêts supplémentaires, comme beaucoup j'aurais joué, même petitement à faire des placements, à faire du Monopoly d'arrière-cuisine ou à boursicoter... Les gens qui jouent avec le pognon savent bien qu'il y a des risques, les fluctuations du marché ils connaissent, la récente crise boursière (qui n'est pas encore finie), cela touche bien plus que les 15.000 "victimes" de la Kauphting, cela touche directement les ménages avec les hausses de prix, les travailleurs avec le chômage technique, les licenciements, et tous ceux-là il n'ont pas, ou peu, d'économies et encore moins de temps pour "jouer" avec. Et pourtant ce seront eux, encore eux et toujours eux qui seront sollicités pour Télévie et qui y apporteront ce qu'ils peuvent parce que pour eux, comme pour vous, comme pour moi on ne spécule pas avec la santé. Voila, encore un billet d'humeur qui me fera peut-être perdre quelques amis qui pourraient se sentir visés, enfin s'ils ont eu le courage et la patience de me lire.

20 avril 2009 : Petite chronique d'un lundi d'avril.


"En avril, ne te découvre pas d'un fil", surtout si tu ne veux pas choper la crève ou un lumbago qui, pour moi, est chronique, comme cet article... Purée que c'est embêtant, voila seulement que j'accède à mon ordi après avoir cherché la meilleure position (en solitaire) dans mon lit. Et quand le besoin de faire pipi se fait ressentir on comprend l'utilité les langes pour incontinents... Bon ceci dit, bon appétit à ceux qui sont sur leur temps de midi en train d'absorber leurs tartines trempées dans du café tout en déglutissant mes mots épicés... Quelles sont donc mes perspectives pour le reste de cette journée traînante, sans doute me déplacer au moins au jardin pour nourrir ma horde de chats affamés, duraille de m'abaisser pour remplir leur écuelle, je le sens d'avance. Analyser le possible de l'impossible, voir si je passe par la case docteur pour un certif avec demain inclus, pas vraiment envie, j'espère que çà ira demain sur ma chaise ergonomique devant mon bureau qui ne l'est pas avec l'écran à droite juste là où çà me tire de me tourner la tête. Le temps passe vite en tous cas même si les jours se ressemblent, bientôt le 1er mai où je serai debout toute la journée pour le stand de LîDjibouti, enfin, là j'aurai un samedi et un dimanche pour soulager mon vieux dos. Et puis j'aurai la satisfaction de retrouver plein d'amis et de camarades, plein d'amis Facebook aussi, et des même que je ne connais encore que virtuellement... Facebook n'est intéressant qu'en liaison avec le réel, rien de tel que le contact humain. Samedi soir mon amie Françoise a retrouvé une dizaine de ses anciens élèves dans un bistrot de Louvain-La-Neuve, toutes et tous un peu plus de vingt ans, facebookien(ne)s, ces "retrouvailles" c'était un peu aussi grâce au réseau, le lendemain j'ai fait Ottignies-Namur en train avec Jonas, un des anciens élèves de Françoise, lui continuait vers Strasbourg, il veut faire partie de mes amis FB, il est déjà ami du réel, c'est le mode inversé, qui est d'ailleurs de plus en plus souvent le cas. facebook permettant de renforcer les contacts existants. Vous l'avez compris de longue date je suis un partisan acharné du réseau facebook, j'ai récemment enfin passé le cap des mille amis et mon plus grand désir est de faire connaissance avec tous ceux que je n'ai pas encore rencontrés dans le réel, de là l'importance des groupes où on peut se retrouver sur des "loisirs" particuliers en commun, entretenir ces groupes pour qu'ils soient participatifs et qu'ils débouchent sur des rencontres dans le réel, même si c'est loin dans le temps. Oui je sais je suis un idéaliste mais çà ne me dérange pas. En tous cas, vous qui me lisez jusqu'au bout de mes chroniques je pense que çà ne vous dérange pas non plus. Bon je vais essayer de descendre donner la bouftance aux chats et ramasser mon courrier papier que j'ai entendu "tomber" dans mon corridor il y a une bonne heure.. des "douloureuses" en perspective, de celles qui viennent en enveloppes à fenêtre, grâce à elles on sent qu'on vit !
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:06 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

11 mai 2009 - Je fais rien, je m'repose !

Enfin c'est peu dire de l'occupation programmée de ce lundi de congé, c'est vrai que j'ai eu bon de me recoucher après mon petit pipi de 5 h 30 à l'heure où je me lève pour aller bosser, c'est vrai que j'avais fait vendredi un bon de congé pour aujourd'hui "à titre conservatoire" des fois que j'aurais passé la nuit au violon après d'éventuels incidents à la manif'. Cette nuit je suis allé dormir tard et j'ai envoyé un mail pour mon chef confirmant mon congé, ce qui m'a valu le plaisir extrême de m'offrir une grasse matinée jusque 9 h 30 ! Le pied !
Il a plu toute la nuit, on a eu de la chance hier pour la manif', c'est marrant, j'y ai sué à grosses gouttes toute la montée pour Vottem (Merci à Marie pour m'avoir soulagé une partie du chemin du "beuglant", ce qui m'a permis de faire plein de photos !) avec mon sac à dos et ses tracts de réserve pour la Marche Mondiale et plein d'autres brols, duraille la montée en conditions "bourricot". Donc j'ai sué qu'arrèdje et en rentrant chez moi (Merci Pierre pour le lift) j'ai pissé plus du double du tonic ingurgité une heure avant le début de la manif !
Quel chiant ce mec, déjà ses états d'âme à supporter quotidiennement, le voici qui ânonne sur sa vessie !
Bon, qu'est-ce que je vais faire ce jour maussade à part aller donner la bouftance aux chats et à 19 h regarder l'épisode de mon feuilleton dit "à la con" ? Croiser les doigts pour qu'il arrête de pleuvoir, que ce lundi soit un peu ensoleillé histoire d'aller photographier ma pivoine en fleur (3 !), continuer de ranger mon bureau et y passer un grand coup de loque à poussières mâtiné d'un gros coup d'aspirateur, aller m'enquérir de la santé des poissons dans l'aquarium de mon fils, les ravitailler en eau et en bouffe, duraille pour l'eau, des seaux à monter au second, pffft... Je voulais téléphoner à l'échevinat pour donner la liste de mes encombrants pour la collecte sélective mensuelle que je pensais être le 3ème lundi du mois, raté, c'est le second, to day quoi, la prochaine c'est le 8 juin. C'est merdique cette formule (invention de mes amis écolos quand ils partageaient le pouvoir communal à Visé avec les libéraux - déjà ?), enfin c'est toujours mieux qu'à Marbais où on ne prend les encombrants que deux fois par an et bientôt une seule fois l'an, parait que là c'est MR, mais il y a des éoliennes ! Faut aussi que je donne mes petits chats, ils commencent à bouffer comme les gros, ils sont donc sevrés, qui qu'en veut ? Y en a quatre. On dirait qu'il ne pleut plus, mes prières auraient-elles fonctionné ? Pas pour çà que je voterai CdH le 7 juin, je sais d'ailleurs plus trop bien pour qui je vais voter d'ailleurs. Je vais donc aller désherber autour de mes plantes aromatiques, facile avec la terre humide ! Après j'en ferai des photos que vous pourrez voir, çà vous plaira ! Bon pour faire tout cela faudrait que je décolle de mon ordi et que j'arrête de faire ma "Perrette au pot au lait" égrenant ses intentions en surfant facebookien. Allez Chevaljak secoue tes puces et ton gros ventre, le travail rend libre foutrecul ! Ceci dit quand j'aurai quelque peu sué dans mes travaux domestiques et agricoles je prendrai du plaisir à venir lire vos commentaires sur cet article, c'est comme pour Be-tv... déchaînez-vous !

4 mai 2009 : On passe à côté et on ne les remarque plus.


L'hiver est passé, les beaux jours - comme les hirondelles - reviennent et on songe déjà aux vacances, enfin aux congés parce que pour ce qui est des plages lointaines à cocotiers comme au Lotto c'est une autre histoire pour la grande majorité des gens. L'hiver c'est le froid, la saison où on pense aux "plus démunis", où on rêve de leur offrir de la soupe populaire aux réveillons. Ces mois où il gèle et même que SDF crèvent de froid dans leurs cachettes en cartons sous les quais des gares, dans les recoins des façades des bâtiments administratifs déserts et chauffés la nuit. Chaque année son lot de "retrouvés morts de froid" au hasard des rues, de distributions de couvertures, de boissons chaudes dans des bicoques sociales ou caritatives, son sapin ardent et ses Noëls "solidaires" rappelant que Jésus est né dans une étable sans même le colis de layette de la mutuelle pour se réchauffer, devant se contenter de l'haleine fétide d'un bovidé. Ce Jésus dont on dit qu'il fut le premier "gauchiste" de l'histoire, Jésus né pauvre parmi les pauvres, foutrecul çà sonne bien avec la misère ambiante de nos villes enguirlandées des fêtes de fin d'année ou on vous passe la pommade du chaud au froid, de la bouffée de détresse habillée de déchéance alcoolique aux happy-ends à l'américaine autour d'une bûche au moka offerte par la boulangerie machin au resto du coeur. C'est aussi le moment où on se dit que c'est quand même con que la Loi de Laurette sur la réquisition des logements inhabités pourrait enfin être appliquée, t'as pondu çà il y a combien d'années déjà Laurette ? Bah ! Les beaux jours reviennent, il devient plus "tolérable" de laisser dormir les SDF à la rue, et ils ne s'en privent pas, à croire que c'est devenu pour eux une habitude, de toutes manières ils ne dérangent personne, on passe à leurs côtés sans même les voir, c'est vrai qu'on les préfère couchés et endormis que debouts dans les piétonniers à mendier. Et dire qu'on nous retape de l'Europe sociale dans tous les discours du 7 juin, que dans des réceptions et autres rencontres "dînatoires" nos futurs élus et leurs courtisans, toutes couleurs confondues réinventent l'art de ne rien dire. Suggestion aux candidats du 7 juin : et si vous invitiez les SDF qui dorment çà et là dans nos villes à même le sol à un de vos cocktails ?
Ce sont, je présume, des électeurs en puissance, et même s'ils n'iront pas voter ils peuvent toujours donner des procurations, çà se fait bien pour les grabataires dans les hospices de diverses obédiences, voila un marché potentiel ! Le hic est que les candidats aux prochaines élections n'ont pas d'yeux pour ces gens-là. Je vous sers en illustration une photo prise en plein centre de Liège un matin de la semaine passée, tôt, vers 7 h 30 du matin, je vous dis pas où c'est, certains reconnaîtront. Bon ceci dit je vais aller rejoindre mon plumard de nanti et couper court à ma montée d'acide, çà n'amuse personne. Merci de m'avoir lu jusqu'au bout.

27 avril 2009 : Un peu de tout comme pour les fromages belges...

... Un peu de tout ce soir pour ma chronique d'un lundi parmi d'autres qui se trouve être actuellement au soleil... Un peu de tout pour faire du texte, pour parler pour ne rien dire et dire des choses à redire parce que tout n'est pas rose, ni rouge, ni bleu, ni brun, ni bon ni mauvais. D'abord vous dire que ce lundi, c'est exceptionnel, je suis allé au boulot, aux aurores, à 7 h 30 je pénétrais dans mon auguste administration pour m'en échapper à midi chercher unj sandwiche en face et puis, vers 17 h 30 j'en suis parti, satisfait par plus de neuf heures de boulot maso. Demain et mercredi je ferai de même, j'aime le bus des aurores, il roule vie et il y a peu de monde dedans et après 17 h, même si çà bouchonne encore, on a tous ses aises. Au fond ce n'est pas le travail qui me tarabuste, c'est tout ce qu'il y a autour.
Cette semaine finit en beauté avec le 1er mai, dans ma jeunesse c'était mon jour de fête (alors que la St-Jacques est en juillet), c'était comme çà, c'était aussi la fête de ma tante Arlette parce qu'il n'y a pas de Sainte Arlette. J'allais chez mes grands-parents et, jeune homme, je recevais un beau billet de mille francs de ma grand-mère qui était aussi ma marraine et je buvais un verre d'armagnac avec mon grand-père. Au fil du temps même si je trouvais quelques minutes pour leur rendre visite mon 1er mai c'était avec mes camarades de la Jeunesse Communiste, puis du Parti. J'ai dans mes amis FB quelques camarades pour qui Garcia Lorca évoque bien d'autres choses que la poésie. Al Djézaïr aussi et Sidéris... Ah nous en avons brûlé des drapeaux espagnols et américains en fin de manifs... Oui, le premier mai, nous les cocos on manifestait, les socialistes, eux, défilaient, avec leurs majorettes, eux discouraient au kiosque d'Avroy et nous on était près du buste d'Eugène Ysaye, devant le conservatoire sur mon cher Boulevard Piercot, c'était dans les années 70 du temps où le PC était encore un parti représenté au Parlement... cette année je regarderai mes amis du PC lors de leur meeting Place St-Paul non loin de mon stand de LîDjibouti, possible que je les rejoigne en fin de meeting pour chanter l'Inter le poing levé, je ne renie pas mes racines.
Tiens à propos de politique, vous avez remarqué je suppose que sur Facebook la campagne électorale bat son plein, on ne cache plus ses intentions on clame urbi et orbi pour qui on compte voter dans des paquets de groupes, c'est amusant d'ailleurs de voir tous ces amis FB qui vont voter pour des paquets de candidats différents sur plein de listes différentes, cela vaudrait le coup de les compter, sans compter ceux qui mettront un nez rouge, qui n'iront pas voter etc, etc... Le secret du vote n'est plus vraiment respecté mais tout ce mic-mac devrait donner des cheveux blancs aux offices de sondages et autres analystes de la res politica...
Et puis cette semaine on s'avance vers le port du voile obligatoire dans les écoles pour raison de grippe porcine, faisons gaffe qu'on ne nous fasse pas le coup du Mexique en interdisant les rassemblements populaires, des fois qu'on nous interdirait le 1er mai...
Bon sur ces belles paroles je vais éteindre et rallumer ma bécane comme me suggère mon antivirus payant qui vient d'installer un nouveau truc, bonne occasion pour ranger mes fromages belges sous la cloche jusque demain.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:07 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

18 mai 2009 : Ma petite chronique du lundi.

Et bien mes amis, je suis surpris, pas de commentaires sur mon dernier texte où je vous expose mes intentions de vote aux scrutins du 7 juin, je pensais que mes choix allaient provoquer des réactions en tous genres et je n'ai même pas entendu siffler mes oreilles ! C'est vrai que c'est un bien petit sondage en regard de ceux que nous dévoilent les médias avec des marges d'erreurs toujours assez flexibles. dans mon cas, ce qui est dit est dit et je ne changerai pas d'avis même s'il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.
Bon c'est lundi et comme la plupart des lundi on ne m'a pas vu au bureau, cette fois j'étais en vrai congé, j'ai passé trois jours dont deux nuits très agréables à Marbais là où le vent est si fort qu'on y a planté des éoliennes, et c'est vrai que cela souffle pas mal, même qu'en fermant les yeux on pourrait se croire au bout de la grande estacade d'Ostende, l'odeur "marine" en moins.
Figurez-vous que c'est notamment là que je passerai mes prochains jours plic-ploc de vacances avec ma bien-aimée, mais à Cheratte aussi où cinq fois par jour en ouvrant bien les oreilles et fermant les yeux ont peu s'imaginer être dans un pays du sud, bercé par la prière du muezzin qui se trouve être mon voisin. Des vacances peu coûteuses on on se rend en train. Des vacances où l'on se sent bien et plus seul(e)s. Oh il y en aura du boulots dans nos jardins respectifs, entre ma forêt de mauvaises herbes heureusement pas trop grande et ses grands espaces à imaginer différents, presque sûr, sauf il pleut des cordes, que je vous ficherai encore souvent la paix les week-ends à venir. Cela fait du bien de décrocher ainsi du net un jour ou deux, même trois. Mais on ne crache pas dans la soupe car c'est aussi grâce au net que nous vivons notre belle histoire Françoise et moi et nombre de nos amis du réel sont aussi sur le net.
Ce lundi s'achève sous le soleil, quand je suis sorti il y a vingt minutes me chercher un paquet de tabac au magasin turc du coin je me suis aperçu qu'il faisait bien plus chaud dehors que dans ma maison, il a dû faire glagla le WE. Bon ceci dit je vais faire mon tour des popotes internautiques et pioncer un bon coup...

14 mai 2009 - En exclusivité ! Les intentions de vote de Chevaljak !

Le 7 juin il y a deux scrutins fort différents, le premier est l'européen, c'est le pouvoir le plus loin des gens, c'est pourtant une assemblée où se prennent des décisions qui touchent plein de gens, et depuis des années on ne peut pas dire que cela ait été dans le bon sens du moins pour le citoyen lamda. Pour ce scrutin je vais voter pour le PC-GE, parce que le groupe communiste à l'Europe est une entité importante qui peut influer sur les décisions de façon plus progressiste et résolue. A ce scrutin-là j'estime que voter communiste n'est pas perdre sa voix.
Au niveau régional par contre il me semble utile de pousser Ecolo qui est pour moi une des forces progressistes vraiment capable de s'opposer au diktat de la grande finance.
Ce sont des choix difficiles, il y a des gens au PS que j'estime beaucoup, mais le panachage n'est pas permis.Il est bien entendu que je ne cautionne absolument pas une éventuelle alliance d'Ecolo avec les libéraux et si elle devait se faire je réagirais contre de toutes mes forces.
Voila, pour une fois, mon texte quotidien (ou presque) n'est pas long, pourquoi en rajouter, il me semble avoir été assez clair ainsi.

12 mai 2009 : Vivement le 8 juin !


Je sais, c'est un lundi ! C'est pas mon jour préféré pourtant. Le lundi 8 juin on sera débarrassés de tous ces avatars d'une campagne électorale virtuelle à vomir. Oh certes il y en a qui auront le triomphe insolent et d'autres celui du malgré tout, comptabilisant comme leurs les petits pourcentages des listes dites d'extrême gauche "bêtement" gaspillés peut-être au profit du "lit de l'extrême-droite", faudra bien trouver d'autres coupables. d'ici là, à l'exemple de Donfut, combien de têtes vont-elles encore rouler dans la sciure durant les 25 jours qui nous séparent de la fin de cette campagne haute en couleurs certes mais surtout haute en relents des plus nauséabonds, à croire que c'est une course-relai avec un bâton à merde !
Notez que le 7 juin au soir, certains ennemis de la veille trouveront de nouveaux terrains d'entente et riront entre eux des coups bas assénés publiquement, considérant même que c'est là une preuve de notre "démocratie". De toutes manières il est bien connu que "la loi de la rue n'est pas la rue de la Loi" et si le petit peuple vient à s'échauffer d'un coup notre état dispose de tous les rouages policiers et assimilés pour contrôler, voire orienter le(s) désordre(s). Pauvre Belgique et encore nous ignorons ce qui se dit sur Facebook dans la langue de Vondel, j'ai l'impression que là le temps y est moins bleu, rouge, vert avec une crolle orange, ce doit être plus proche du brun. Enfin... qui sait le 8 juin nous aurons peut-être un facebook trilingue avec filtrage en forme de grille gravée au-dessus dans nos trois langues "le travail rend libre".
Mais non, ne soyons pas défaitistes, tout va bien, comme disait ce vieux Coué, grâce à notre système électoral à la proportionnelle et nos multiples parlements et postes de commande à tous les niveaux, chacun aura sa part de gâteau, et pour le peuple du pain et des jeux avec la perspective des vacances en toile de fond. On fait pas grève en été.
A me lire vous vous direz que je tiens des discours à la limite du politiquement correct, certains trouveront en mes mots des relents "poujadistes", j'ai l'habitude, comme on dit dans notre wallon de Liège : c'è todî li pti qu'on sprôtche ! On testera vendredi à Bruxelles si cette formule vaudra pour l'après 7 juin, j'espère bien que non même si me m'attends à cette manif à une déferlante de campagnes électorales personnelles, de t-shirts aux noms des éligibles, de foire aux gadgets de toutes les couleurs du mensonge. La manif' de vendredi c'est une initiative des syndicats, premiers maillons de la lutte organisée des travailleurs tant en Belgique que dans le monde, c'est une donne à ne pas oublier et à renforcer. Même si cela peut paraître utopiste, c'est le rapport de forces qui déterminera le résultat des élections du 7 juin et se contenter de dire "tous pourris" n'est pas une attitude constructive, malgré certains qui se remplissent leurs poches et favorisent leurs propres famille la Belgique n'est pas un royaume bananier exsangue économiquement. Notre pays reste un des plus riches du monde même si cette richesse est très inégalement partagée, toutes et tous ne sont pas pourris, à nous de trouver les bons, et il y en a. Ou alors c'est que nous sommes tous pourris ! Je refuse d'y croire.
Bon, vous allez me dire : "et qu'est-ce que tu proposes ? Pour qui faut-il voter ? J'ai pas vraiment un avis tranché à cette heure, vous non plus sans doute, à nous de voir, on a encore 25 jours pour se décider, je crois qu'on y verra - peut-être - un peu plus clair après la manif des syndicats de vendredi, c'est mon avis, il n'engage que moi.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:07 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

25 mai 2009 - çà coûte combien ?

Des fois je me demande combien peut coûter une campagne électorale personnalisée et comment certains candidats réputés de gauche peuvent y aller gaiement avec du matos pour se faire connaître, ainsi par exemple ce candidat tête de liste dont tout le monde parle et qui a son nom peint sur au moins une camionnette de location sillonnant la région liégeoise avec deux gars en t-shorts au même nom de candidat dont je suppose l'activité quotidienne et régulière consiste à "rafraichir" les panneaux électoraux. Je me demande pourquoi on voit plus souvent la bouille de certains plus que celle d'autres alors que les dépenses électorales sont, parait-il, soigneusement contrôlées et même limitées. Je me rappelle il y a quelques années quand un micro-parti se présenta avec des affiches de 20 m² payées par son président, un carrossier connu, c'était du temps où tout était encore permis, toléré dirons-nous, le temps où les petits partis pour se montrer devaient utiliser le collage illégal pour avoir une infime chance d'être reconnus. C'est peut-être depuis cet épisode qu'on a décidé de limiter les dépenses électorales des candidats. Et combien çà coûte un "cocktail dînatoire" ? Une soirée avec des orchestres ? Sans compter les plus belles places dans les loges de clubs de foot ? En fait, sont-ce vraiment les candidat(e)s qui payent de leurs poches à eux, à elles.
On me dira que poser la question c'est y répondre ou bien que je joue à l'idiot du village car tout le monde sait d'où vient le pognon. Si on le sait, pourquoi ne pas le dire publiquement, y a pas de gêne à être honnête, il me semble...

24 mai 2009 = Standard Champion - La fête des Gros Sous


Grâce à sa victoire le Standard empoche une somme de 15 millions d'Euros ! 600 millions d'anciens francs, ajoutez-y les 25 millions de francs ou d'euros, je ne sais plus payés par Be-TV pour le monopole de la retransmission du match, tous les "royalties" de la pub, c'est un fameux paquet de pognon quand on y pense, sans compter les entrées payées par les supporters lamdas et, je présume, tout le "merchandising" en gadjets rouges et blancs qui ne manqueront pas de fleurir dans les prochains jours.
Combien seront-ils tous ces supporters cette nuit au centre de Liège, à voir le nombre de voitures parties de Cheratte dès le coup de sifflet final çà doit être massif du côté de Saint-Lambert. A voir l'éatat avancé des supporters filmés à Sclessin et dans les rue de Liège plus d'une heurte avant le match, sûr que demain la ville sera rempli de traces de vomissures puant le houblon et le genièvre, sans compter les dégradations diverses, l'amoncellement de crasses en tous genres et tout cela paraîtra normal même aux plus râleurs des râleurs patentés toujours prêts à dénoncer les jeunes, les étrangers, les manifestants divers. Le foot et ses dérive c'est quelque chose de normal, l'évidence même ! Une pensée pour mes nombreux collègues qui demain matin auront une belle gueule de bois, pour d'autres : balayeurs et ouvriers communaux qui auront un lundi noir à ramasser les crasses du centre-ville. Une pensée pour mes jeunes collègues supportrices acharnées des Rouches qui, à mon avis, festoieront jusqu'aux petites heures et bien plus. Bon, bein moi je vais me coucher, dans six heures je me lève espérant un lundi ensoleillé pour tout le monde. Bonne nuit à ceux qui vont dormir, bonne guindaille aux autres !

19 mai 2009 : C'est chiant mais on y trouve parfois des choses...

...intéressantes ! La lecture du Moniteur c'est pas vraiment bandant ni même amusant, pourtant votre serviteur - qui n'a plus lu un livre depuis fort longtemps - se farcit le Moniteur assez souvent, au moins les titres et quelques fois les libellés d'articles suivant ses intérêts.

Dans le Moniteur de ce matin j'ai trouvé une Loi du 6 mai 2009 "portant des dispositions relatives à l'asile et à l'immigration et surtout ce point-ci dont je vous fais un copié-collé :

« Art. 39/83. Sauf accord de l'intéressé, il ne sera procédé à l'exécution forcée de la mesure d'éloignement ou de refoulement dont l'étranger fait l'objet, qu'au plus tôt cinq jours après la notification de la mesure, sans que ce délai puisse être inférieur à trois jours ouvrables. »

Pour le commun des mortels ces trois lignes ne présentent guère d'intérêt pourtant pour nombre d'étrangers en situation d'expulsables c'est une espèce de révolution qu'il conviendrait de ne pas passer sous silence. Ce délai de 5 jours, minimum 3 jours ouvrables, pour l'application concrète du refoulement est une innovation importante en matière de Droit. Cela change bien la donne des expulsions rapides en toute discrétion, encore faut-il que cela se sache et que cette Loi soit appliquée dans les faits. Comme j'ai nombre de politiques qui lisent mes écrits, j'ose espérer qu'ils (et elles) remarqueront ce texte et veilleront à son application, même si ce n'est pas "porteur" en termes de voix aux élections.

Voila donc un texte qui, lui aussi, sort du commun des bafouilles que je vous livre en pâture presque chaque jour.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:08 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

27 mai 2009 - JE NE SAIS PAS QUI ETAIT ROLAND GARROS...

... mais c'est un fameux emmerdeur et je lui dis à titre posthume fort probablement, à cause de lui, indirectement certes, on nous a privé de Plus Belle la Vie hier soir parce qu'un frère Rochus y dispurtait une partie de tennis, encore un sport où il est question de gros sous, même si je n'y ai pas vu les deux zèbres dont je parlais dans mon article précédent. J'espère bien ce soir qu'il pleuve des cordes à Paris et qu'on ne nous refasse pas le coup d'hier soir ! Notez qu'il reste peu de belges en lice donc... Je n'aime pas le tennis même si je reconnais que c'est un sport à part entière. Je ne comprends pas pourquoi la première balle de chaque service est systématiquement dite mauvaise quand elle a l'air bonne mais ce que je supoporte le plus mal ce sont les commentaires des journaleux de service. Tiens au fait, question aux plus anciens que moi, avez-vous déjà entendu un match de tennis commenté par Luc Varenne ? Moi pas en tous cas, çà devrait valoir de l'or. Tiens, au fait, au rayon des âneries, juste avant mon feuilleton on peut voir, quand Roland Garros est en vacances, une émission dont je ne retrouve plus le nom avec un mec à lunettes qui fait dans le taste sentiments et qui termine son émission, qu'elle est émouvante des fois, par une citation d'un bouquin d'auteur, histoire de nous rendre un peu moins cons. Le plus con c'est qu'avant de débiter sa citation il invite les téléspectateurs à suive la suite de son émission sur le site internet de sa chaine de télé, et comme ces émissions sont projetées avec un différé de plusieurs mois c'est complètement naze, mais c'est vrai que les bouffeurs de téloche ne sont pas souvent internautes et puis il y a Plus Belle la Vie après, mais çào le mec il ne le sait pas. Bon, je vais vous laisser le temps d'aller satisfaire mon vice s'il n'y a pas tennis et je vous retrouve après pour de nouvelles aventures... Bon appétit pour celles et ceux qui passent à table, profitez-en, pour une fois que je suis aimable !

26 mai 2009 - Dixit le vilain petit canard...


Je viens de regarder une vidéo tournée dimanche soir sur le balcon du Palais Provincial de Liège où, devant une foule en liesse, les héros de la soirée, les joueurs du Standard, recevaient les vivats qui leur revenaient. Malheureusement parmi ces hommes il y en avait d'autres avec leurs beaux costumes, les politocards de service, ceux dont on voit déjà trop la tronche depuis quelques semaines et encore jusqu'au 7 juin et sans doute après quand il diront X fois merci à leurs électeurs, que le Bourgmestre de Liège et le Gouverneur soient là ne me dérange pas mais d'autres, aussi célèbres qu'ils soient, paradent en plus au milieu des joueurs cela me fout le bourdon. Qu'on mette le stade du Standard à Ans, cela fera plus de gens heureux d'avoir tout le package d'un coup, avec en prime le sourire de la crémière ! Soit dit en passant j'en ai vu au moins deux sur ce balcon dont un juge l'autre "infréquentable", c'est dire comme le sport, le foot-pognon surtout, peut rassembler les belges célèbres dans toutes leurs différences. Rien à faire mais tous ces slogans à répétition lancés à la foule çà me rappelle des meetings très organisés également d'une certaine époque dans une capitale d'Outre-Rhin.
Mais non Chevaljak, tu mélanges tout, ces mecs-là étaient là par hasard pour fêter la victoire du Standard comme tout bon vrai liégeois sait le faire? Faut pas toujours voir du mal et de récupération politique en tout, s'ils étaient là c'est qu'ils avaient obtenu un billet de faveur l'un par le Bourgmestre et l'autre par le Gouverneur et qu'en plus ils savaient chanter et taper dans leurs mains.
Bon OK je suis un vilain petit canard, je sais, on me l'a déjà dit. Enfin, ce qui me ferait plaisir c'est de les revoir le 7 juin, ces deux-là en particulier, au soir au même endroit fêtant je ne sais quoi tout sourire aux lèvres, de belles vidéos en perspective !

26 mai 2009 : Le crabe est-il cancérigène ?

Depuis des années j'achète petit à petit ces ampoules économiques dont on parle dans la vidéo que je vous ai servie tout à l'heure, dans mon esprit ces ampoules étaient plus écologiques que les classiques puisque durant beaucoup plus longtemps et consommant moins d'électricité, j'ignorais qu'elles produisaient un champs magnétique pouvant, peut-être, être à l'origine du cancer de la prostate. Acheter alors des lampes à incandescence qui durent aussi longtemps, ne consomment guère mais reviennent un peu plus cher, c'est pas compliqué, même si je trouve qu'elles éclairent moins "blanc".
En fait tout ce qui nous entoure est variablement cancérigène, une grande partie de ce que nous mangeons aussi sans compter l'air que nous respirons, à la longue l'eau de source finira bien elle aussi à être un vecteur de cancers si on continue à polluer comme on le fait à petite comme à grande échelle. Heureusement, si l'on peut dire, on ne meurt pas que du cancer ! Mais le fait est que plus on nous rebat les oreilles sur le réchauffement climatique, la couche d'ozone et les gaz en tous genres, c'est bien le cancer qui tient la vedette, détrônant même le Sida qui, avec ou sans capote, passe de mode. L'aspect "santé" des nouvelles constructions, de la bouffe bio et de la production d'énergies douces et dites moins coûteuses dans une "gestion durable" est en train de devenir LA solution aux maux de la planète et les sociétés industrielles ne s'y trompent pas. Obama l'a bien compris et ce n'est pas de fait qu'il soit noir. Ce qui était anecdotique, voire farfelu il y a 20 ou 30 ans devient un critère de vente, l'écologie est entrée dans le système économique, elle peut rapporter gros même si on fermera moins vite les centrales nucléaires que nos charbonnages à une certaine époque. En matière de santé, celle de chez le médecin, on ne peut pas dire, par contre, que la médecine douce soit en vogue, c'est que les trusts pharmaceutiques ne sont pas disposés à changer leur fusil d'épaule trop vite, la santé physique et mentale des gens c'est toujours juteux en matière de rentrées financières avec la médecine et les médicaments chimiques, la médecine comme la pharmacopée homéopathique stagnent à un petit niveau et n'ont toujours pas (ou peu) leurs entrées dans les systèmes de sécurité sociale et le coût forcément plus élevé de médications élaborées à petite échelle rebute le plus grand nombre. Je ne me prononce pas sur ce type de' médecine que je n'utilise pas cependant je vois autour de moi nombre d'utilisateurs satisfaits des résultats tout en reconnaissant que c'est cher payé. Mais il y a des maladies, graves cependant, dont les sociétés pharmaceutiques ne semblent guère se préoccuper, c'est vrai qu'elles ne touchent qu'un infime pourcentage de la population, des remèdes existent, ils sont encore à l'essai, et coûtent la peau des fesses et ce n'est pas de la médecine douce, c'est bel et bien du chimique, pas urgent pour les trusts pharmaceutiques, pas directement rentables, çà peut attendre. En ce qui concerne le cancer, dans sa généralité, je suis persuadé que les remèdes existent mais qu'on les cache et que ces firmes multinationales préféreront soutenir des productions intensives de produits qualifiés "bios", des voitures électriques et autres gadgets sensés diminuer l'effet de serre, la pollution visible et quelques maladies des bronches plutôt que de sortir leurs trouvailles qui les priveraient de leurs juteuses "parts de marché". Je pense donc que le crabe est moins cancérigène que la course au profit, c'est mon avis, il vaut ce qu'il vaut, je ne suis pas spécialiste en la matière. Qu'en pensez-vous ?
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 13:10 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

De la confusion des nez rouges ! 28 mai 2009

Mes amis du PTB ont choisi pour ces élections-ci une méthode publicitaire radicalement différente de leur panoplie traditionnelle, ils ont décidé de dénoncer le "cirque politique belge" en affublant d'un nez rouge celles et ceux qu'ils estiment se comportant tels des clowns dans la gouvernance du pays.
C'est rigolo, c'est original, c'est un concept digne d'une agence de pub. Là où çà déconne c'est, par exemple à la grande manif' des syndicats, l'autre vendredi à Bruxelles où des militants du PTB déguisés en clowns distribuaient aux manifestants des boules rouges que ceux-ci s'empressaient de se mettre sur le nez s'identifiant donc aux clowns dénoncés par la même campagne si on y réfléchit bien.
Pour amusante qu'elle soit, la campagne électorale du PTB frise le populisme et même si on prend la peine de lire leur programme qui n'est pas inintéressant, on ne retient qu'une impression : celle du ressenti de la politique comme un cirque où tout le monde est mis dans le même panier. Je ne vois pas, in fine, comment l'électeur "lambda" pourrait conclure qu'il est plus utile de voter pour le PTB que pour un autre parti quel qu'il soit.
En tous cas, à première vue, le message politique ne passe pas. Je me trompe peut-être mais il me semble que la campagne que mène le PTB risque bien de le conduire à des lendemains qui déchantent et ceci dit en passant le cirque est un art à part entière où les vrais clowns font rire ou pleurer mais ne sont pas des profiteurs ou autres malandrins déguisés et encore moins des gadgets électoraux.

Kroa ! Kroah ! Derniers jours pour les Corbeaux ! 29 mai 2009

Crois-les ou ne les "kroa" pas... il en restera toujours quelque chose aussi vrai qu'il n'y a pas de fumée sans feu. Plus que quelques fois à dormir mal pour nombre de candidats de divers partis qui ont, quelque part, quelque chose à cacher, soit chez eux soit chez leurs proches. Les corbeaux peuvent encore frapper et une bonne partie de l'électorat n'attend que cela, se fichant éperdument des programmes...
Ce matin j'ai reçu un mail qui cite par ordre alphabétique une série de magouilles et magouilleurs au MR, e ne le publierai pas, je suppose que d'autres s'en chargeront, la réponse du berger à la bergère sans doute.
Si on continue comme çà, c'est l'extrême-droite qui tirera les marrons du feu, alors qu'au niveau de la probité ses candidats ne sont pas vraiment des exemples, mais ont l'avantage de ne pas être connus du grand public.
Je présume que la semaine prochaine sera fertile dans la recherche des poux sur les têtes des écologistes, voire même des candidats dits de l'extrême-gauche. Il est vrai que dans la logique du "tous pourris" il serait malvenu de ne pas humer l'odeur de merde où nous semblons tous nous complaire, ou - du moins - on voudrait qu'on s'y complaise. Peut-être espère-t-on un très large taux d'abstention toujours propice à justifier de mauvais résultats personnels et à minimiser les avancées des autres.
Il n'y a pas si longtemps, au siècle passé, un journal titrant sur une magouille en forme de scoop, c'était un argument de vente pour la gazette, à l'heure du net le scoop ne rapporte plus à personne en termes de vente de journaux, seul reste l'effet escompté, faire mal à l'adversaire ou, plus largement, faire mal à la démocratie.
Le net permet à chacun d'être un corbeau pour l'autre et, quand on voit la vitesse de propagation de "hoax" interpellant l'opinion publique pour un gosse mourant quelque part, on ne s'étonne plus de rien puisque, pour qui sait écrire il est possible de réinventer l'histoire via Wikipédia par exemple. Et vive la rumeur (la fumée) ! L'éthique et ses jurys ont bon dos !
J'en ai connu des hommes et des femmes politiques valables abattus en plein vol le plus souvent par leurs pairs sur base de baudruches agitées au "bon moment" et comme on est partis là, on s'éloigne encore un peu plus des lendemains qui chantent (juste).
Allons voter en notre âme et conscience pour des gens et partis que nous connaissons et à qui nous faisons confiance, allons voter surtout c'est un droit que le peuple dans son entièreté a mis des décennies de luttes à obtenir, c'est une respiration indispensable.

Oui le PS est nécessaire ! 1 juin 2009

Même si je ne voterai pas pour lui j'estime que le PS a sa place dans les prochains gouvernements Wallon et Bruxellois. Un PS dynamique aux côtés des travailleurs et des allocataires sociaux, un PS débarrassé de ses magouilleurs de toutes sortes, un PS dans la rue avec ceux qui se battent, un PS qui ne se rappelle pas seulement de ses valeurs que durant quelques semaines avant les élections, un PS ouvert aux autres composantes progressistes. Un PS surtout qui ne commettra aucune alliance avec le MR qu'il vilipende aujourd'hui. Même s'il perd quelques plumes le 7 juin au soir, le PS restera un grand parti, représentatif des gens.
Si les divers sondages se vérifient il est - selon moi - indispensable que le PS et Ecolo roulent ensemble, avec éventuellement l'apport du CDH et peut-être - qui sait ? - d'autres élus possibles de ce que l'on qualifie d'extrême gauche. J'ose espérer que mes amis d'Ecolo ne tomberont pas dans le même travers que ceux de Visé qui, en l'an 2000, s'allièrent avec le MR pour empêcher le PS d'accéder au pouvoir, même si - il faut le dire - ils ont ulcéré leurs alliés libéraux pendant 6 ans, ils ont réalisé là un de leurs plus mauvais choix.
Lundi prochain, j'espère que ni les électeurs du PS, ni tous les gens qui fondent leurs espoirs dans une vraie écologie politique, ne devront boire un bouillon infect, une tisane accommodée au bleuet. Wait and see !
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 16:18 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

BOUM l'avion !  2 juin 2009

C'est fou ce qu'on peut parler dans les médias du crash de cet Airbus en plein Atlantique, abattu par un orage probablement puisque l'on a déjà exclu toute version de terrorisme à son bord ou dans les environs. Faut dire que s'il avait crashé à hauteur de Cuba par exemple on y aurait sans doute vu la main de Castro.
Bon, il a fait BOUM l'avion et un peu moins de 300 personnes de diverses nationalités sont mortes dont deux belges, enfin un et demi puisqu'un des deux, un noble, serait belgo-brésilien, héritier du trône d'Empereur du Brésil, je savais pas que ce pays était un empire. Tout le monde est capable de comprendre qu'un avion qui pète à 11.000 mètres d'altitude et dont les restes fumants tombent dans un coin perdu de l'océan, il ne doit guère y avoir de chances de retrouver des survivants, mais on nous rebache les oreilles des déclarations de Sarko disant la même chose comme pour étayer cette version des fois que quelqu'un penserait autrement.
C'est ach'ment chiant pour l'aviation française à quelques encablures des élections, en plus qu'on apprend que cet avion ne fonctionne qu'avec des circuits électriques ce qui ne laisse qu'une infime part de contrôle humain de la machine quand celle-ci grippe. Pas bon pour la clientèle Airbus, du nan-nan pour Boeing et autres constructeurs amerloques. Chiant en plus que ce soient les Brésiliens qui soient arrivés les premiers pour repêcher les miettes de la cata, doublant de vitesse la formidable armada française lancée à toute allure vers le point estimé de chute des divers éléments du cercueil volant. Et dire que les français se croyaient dispensés du décompte des morts d'un WE de Pentecôte en ayant supprimé le lundi férié. Pas de chance. Enfin, cela fait vendre des images de familles endeuillées, çà change des massacres sanguinolents de Gaza au moment où l'Europe passe à table, çà attire les "sympathies émues" aux familles des victimes innocentes et çà fait ouvrir de multiples registres de condoléances.
Non je ne rigole pas de la peine des gens, toutes les morts sont respectables, c'est l'usage qu'on en fait qui l'est parfois moins, quand aussi on les ignore superbement parce que formatées selon l'endroit où elles arrivent, surtout si c'est loin dans nombre de pays dits du Tiers-Monde. Pas de registres de condoléances pour les milliers de gosses qui meurent chaque jour de la précarité où qu'elle se trouve, pour toutes les victimes des guerres ne servant bien souvent que les nantis de nos démocraties passives. Au quotidien c'est des dizaines d'Airbus qui explosent ! Et Sarko s'en fout bien et objectivement nous tous aussi, sachons le reconnaître. Chance pour nous que cet avion ne se soit pas crashé une semaine plus tôt, çà aurait terni la fiesta du titre du Standard. Bon revenons à nos moutons, dimanche on vote !

Un rien me rend heureux...  3 juin 2009

En bas de cet article vous trouverez le lien vers le groupe que j'ai lancé il y a une semaine et qui porte ce nom assez sulfureux : "Passions". Non ce n'est pas ce que certain(e)s qui me connaissent bien peuvent imaginer. "Passions" c'est un groupe de gens qui viennent y parler de ce qui les passionnent, tout simplement.
En une semaine donc nous y sommes déjà 200 et 38 personnes y ont écrit quelque chose ce qui n'est pas mal en regard du vide de vie de la grande majorité des groupes Facebook. Mon rêve est que chaque personne inscrite participe, dise sa ou ses passions, c'est d'autant plus facile via le forum de discussion, 16 sujets y sont déjà abordés et chacun peut y créer le sien à sa guise. C'est une espèce de grand partage. Comme je ne suis pas là 24 h sur 24 pour veiller au grain j'ai deux administratrices adjointes qui font très bien leur travail et j'en profite pour les remercier. Assez curieusement on n'y parle pas encore de politique, faut dire qu'en ces temps il y a bien d'autres endroits pour ce sport insolite. Alors ? Pas de politique dans les passions ? Non, la politique peut être une passion et il est bien normal que celle-ci soit admise dans le forum mais pas la politicaillerie consistant à invectiver, voire nuire. D'autres passions ne passeront pas le cap de notre filtrage comme tout ce qui se rapporte au porno, à la pédophilie et autres abus de l'autre, racisme et xénophobie n'auront pas non plus leur place dans ce groupe même s'il se veut le plus largement ouvert. Ce groupe c'est aussi une fenêtre ouverte vers le réel, vers la rencontre de l'autre, des autres, l'amitié qui peut toujours se construire entre des personnes très éloignées à tous les sens du terme.
Vous voyez... un rien me rend heureux et j'espère que c'est aussi le cas pour vous, et je ne suis pas candidats aux élections, je ne vous sers pas de la poudre aux yeux en vous invitant à nous rejoindre. Venez rendre visite au groupe et si cela vous intéresse, rejoignez-nous et surtout...écrivez !

http://www.facebook.com/profile.php?id=667016279&v=feed&story_fbid=…

Mon "panachage" (interdit) pour ce dimanche 7 juin  4 juin 2009

Dans cet article vous allez pouvoir lire les choix de votre serviteur pour les élections de ce dimanche. Il y a mes heureux élus (ce qui ne leur garantit pas un strapontin), il y a aussi celles et ceux que j'apprécie même si je ne voterai pas pour elles et eux du fait que le panachage est interdit (et impossible en vote électronique) et/ou que je ne donnerai pas ma confiance à leurs parti.
Bon d'accord ce n'est que ma voix mais comme on dit : "qui m'aime me suive..."
Aux européennes je renouerai avec mon passé de coco en votant pour Pierre Eyben qui est tête de liste et pour Annick Letecheur (du Parti Humaniste allié avec le PC), qui est suppléante. J'aime beaucoup Pierre car il constitue le renouveau chez les cocos, même s'il n'est pas encore au top pour les interviews, c'est très prometteur. Annick ne fait pas non plus dans le genre tribun, c'est surtout son travail de fourmi laborieuse au sein de l'organisation de la Marche Mondiale pour la Paix qui me séduit.
Pour ces fameuses Européennes, j'inviterai mes nombreux amis du PS a soutenir Véronique De Keyser qui fut, il y a peu, la seule mandataire du PS à manifester avec nous contre le centre fermé de Vottem, et comme suppléante je choisirais Simone Susskind, militante de toujours pour la Paix.
Au MR par contre, je laisserai se débrouiller mes quelques amis bleutés, aucun des candidats ne m'inspire.
Au CDH il me faut descendre au premier suppléant à qui irait ma voix si tout à coup je devenais Trappiste (à Chimay de préférence), ce gars c'est Georges Dallemagne, pas insensible au sort des sans-papiers.
Chez mes amis Ecolo, je soutiendrais Jacky Morael dans les titulaires et Jean-Claude Defossé dans les suppléants même s'il provoque des éruptions cutanées chez Elio.
Et pour les régionales ? Bon là je me limite à la circonscrïption de Liège et mon choix va vers des candidat(e)s présent(e)s sur la liste ECOLO : dans les titulaires Anne Dister, que je ne connais que via Facebook mais qui parle, aussi, la langue des signes, ainsi que mon amie, militante pour le CRACPE et le CMGF, Bénédicte Heindrichs et dans les suppléants, mais çà vous le saviez déjà, ma voix ira à mon camarade André Dombard l'homme de Trooz !
Du côté du MR, j'inviterai mes amis FB votant MR à choisir leur 12ème suppléante Ann Chevalier qui n'a aucun rapport familial avec moi mais que j'estime beaucoup pour son engagement dans la lutte contre les mutilations génitales féminines et dans le soutien à une asbl altruiste qui me tient à coeur.
Au niveau du PS, mes choix iraient à Ernur Colak, mon cama de Cheratte chez les titulaires, à Madeleine Mairlot (tiens encore une ancienne du PC...) et à Christie Morreale, que je connais plus via Facebook, pour les suppléants. Au CDH chez les titulaires je choisirais Valérie Burlet qui s'intéresse, elle aussi, aux MGF, et enfin dans les suppléants à Laurence Cuipers, toute jeune et bien jolie fille de mon chef de service. Au PC je vous invite à soutenir mon amie Joëlle Badillo, qui depuis 10 ans soutient le travail du CRACPE très utilement.
Vous allez me dire que j'oublie les autres listes en lice, effectivement, c'est que je n'ai pas les noms en tête ni en prospectus, je citerai de mémoire France Arets, porte-parole du CRACPE sur la liste LCR.
Oh je sais j'en ai oublié, désolés pour celles et ceux-là. En tous cas je n'invite personne à voter pour le FN !
Voila, comme çà vous savez tout, si vous n'avez pas d'idée précise pour ce dimanche, imprimez mon texte et lisez-le dans l'isoloir, quelque soit votre choix. N'oubliez pas d'aller voter, même si vous avez l'impression que çà ne sert à rien.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 16:19 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

Révélateur  5 juin 2009

Ma fille Floriane a 19 ans, tout à l'heure nous parlions des élections et elle me disait que tous ses amis (du réel pas rien que FB) vers le même âge qu'elle entendaient bien ne surtout pas voter pour le PS considéré comme un ramassis de gens qui profitent des autres, qui mentent tout le temps et qui ne sont pas crédibles, selon elle la majorité de ses amis vont voter Ecolo, certains disant "n'importe qui sauf le PS mais pas le FN".
En parlant justement de l'extrême droite elle me fit remarquer qu'aux autres élections le FN avait diffusé un dépliant où ils dénonçaient tous les autres partis comme des clowns et de faire le parallèle avec la campagne de cette année du PTB+. Ma fille ne sait pas encore pour qui elle votera. Je lui ai dit mes préférences, lui ai parlé des gens que j'estime sur d'autres listes, y compris au MR, elle en fait ce qu'elle veut.
Cela me rappelle l'anecdote que ma mère rappelait avant chaque élection, mon grand-père vouait une haine féroce envers les libéraux et plus particulièrement à Maurice Destenay qui fut Bourgmestre de Liège. Ma mère qui entendait toujours son père dégoiser Destenay se trouva dans l'isoloir pour la première fois, toute perdue ne sachant plus pour qui voter dans les différentes listes, reconnut le nom de Destenay et cocha son nom en se disant "au moins celui-là il a un nom qui me dit quelque chose". Après être sortie du bureau de vote son père lui demanda pour qui elle avait voté, et quand elle lui dit le nom et pourquoi, il se mit en colère contre elle. Ma mère n'était pas intéressée par la politique, ma fille non plus même si elle n'aime pas "papa" et n'arrive pas à comprendre pourquoi les "barakis" font confiance à ce "type" qui "joue à faire le baraki et qui ne l'est pas".
Ceci dit pour info aux amis qui me lisent.

Dernier jour   6 juin 2009

Les footballistes, la veille d'un match important, sont mis au vert, loin des journalistes, relaxation et concentration avant l'exploit escompté.
Je trouve que les candidats aux élections devraient faire de même, y compris sur Internet, et leurs divers supporters aussi.
Je donne l'exemple. Aujourd'hui je ne vous parlerai ni de mes choix pour demain ni des autres candidats et pas non plus des élections de ce dimanche, même s'il reste possible que j'intervienne çà et là en réponse à des interventions sur mes sujets en rapport ainsi que dans les pages d'amis traitant de cet événement.
Ce samedi j'irai dans mon garage rassembler tous mes brols à jeter pour la récolte des encombrants lundi matin, vider enfin de garage qui me coûte 37 euros par mois pour une voiture que je n'ai plus depuis longtemps et qui me sert de garde-vieux trucs comme on met au grenier et je n'ai pas de grenier ! Je vais faire le tour de mes divers groupes sur Facebook, en liquider aussi quelques-uns, faire le ménage là aussi.
Ce soir mon amie Françoise rentre de France où elle a passé une semaine en montagne avec ses vingt élèves, çà promet une longue conversation téléphonique ce soir, bien plus aisée que nos multiples sms de la semaine. Il nous faudra encore attendre une semaine pour nous revoir, à Cheratte.
Demain, à part le passage à l'école communale pour voter j'ai ma réunion de préparation de la Marche Mondiale et sortir tout le brol des encombrants le soir pour la récolte de ceux-ci lundi, c'est dire que je ne serai guère on line, cependant demain, comme vous qui me lisez, je prendrai part à de nombreuses discussions suivant les publications des résultats des élections. J'ai toujours aimé çà même si, selon certain, j'ai toujours navigué au ras des pâquerettes. J'aime les pâquerette, c'est joli dans les prés bien verts et il faut en profiter car si vouis avez vu le film "Home" hier, il n'y en aura bientôt plus des pâquerettes ni de l'herbe, sauf peut-être rouge pour rendre hommage à Boris Vian. Oooups ! J'allais vous parler de politique. Bon c'est pas tou çà, je reviens de ma prise de sang faudrait que je mange quelque chose, je vous laisse et vous souhaite une bonne journée, reposante si possible.

La complainte de l'assesseur un dimanche où il fait froid  7 juin 2009

Ce matin je m'étais levé à 6 heures frais comme un gardon, tout disposé à tondre ma pelouse et profiter de ce dimanche pour mettre en route mon espace potager biologique. Comme c'est dimanche je m'étais préparé une solide fricassée comme de par chez nous on sait les faire avec des oeufs et du lard, du pain gris, le la maquée et du sirop, c'est qu'il faut des forces pour mettre un coup au jardin, faut que ce soit productif, pas rien que vert. Ce matin donc je savais que j'avais une corvée, celle d'aller voter. On m'en avait bassiné les oreilles depuis des semaines et je savais que c'était important et surtout obligatoire, pas vraiment motivé ni intéressé par la chose, l'Europe c'est loin et la Région, Namur... pffft... ville de riches qui ont des gens de maison pour faire leur jardin. Je ne sais pas si c'est vrai, j'ai entendu dire.
Bon que je me dis vers 7 h 30, et si j'allais vite remplir cette formalité, j'aurais toute ma journée à pouvoir être tout sale sur mon lopin de terre sans devoir me laver et me changer et arriver là à l'heure le la messe quand les socialos vont voter en masse et qu'on doit faire la file une heure à se faire serrer la main par des gens qui vous rappellent de bien voter en vous faisant un clin d'oeil complice. En marchant jusqu'à l'école communale je réfléchissais, je ne savais pas encore pour qui voter, c'est con j'avais jeté toutes les pubs en les chiffonnant. En chemin je rencontre Albert, mon ex-Beauf, il me lance de loin d'aller voter voter plus tard si je ne pas être à sa soeur. Quel con ce mec, je sors d'en prendre je vais pas me remettre avec quelqu'un de sa famille de ringards.
Oufti, comme on dit chez nous, personne ne fait la file, le vide total. Je prépare ma convocation, ma carte d'identité et je rentre dans une classe d'école où il n'y a pas grand monde. Un monsieur bien de sa personne qui transpire à grosses goutte lance, bien fort : "voici notre Sauveur". Merde, je suis bien dans une école, communale de surcroit, pas dans une église ou chez les mormons qui sont toujours bien propres sur eux. Le gars s'approche de moi et m'invite dans un coin de la classe où il m'explique qu'il es Président du bureau, qu'il a un pmroblème, que tous ses assesseurs ont fourni des excuses valables pour ne pas siéger, certificats médicaux, une autre venue avec sa chiée de gosses beuglants, que je serais bien assesseur donc et de toutes façons que c'est prévu par la loi et qu'il y a un flic dans le couloir à faire les cent pas. Je réalise la portée de la citation de mon ex-beauf et j'ai dans mon cinoche cérébral mon jardin devenant forêt vierge, j'ai compris, faut pas me la faire, je vais devoir vérifier que X est bien X jusque 15 h. Le gars qui est Président me dit de prêter serment, de respecter le secret du vote. Quoi ? Que je me dit, il y en a qui respectent çà ? Enfin, la gueule du flic dans l'encoignure de la porte me rappelle que j'ai la chance de vivre en démocratie. Le Président m'offre d'ailleurs de suite une tasse de café et m'invite à voter tant qu'il n'y a personne, que j'ai tout mon temps qu'il reste encore un sauveur à trouver et qu'on espère que ce sera une jolie femme.
Je vous passe mes votes de toutes façons c'est un secret. Je m'asseois donc avec mes voisins de galère qui tous se connaissent bien depuis longtemps, il y a aussi trois témoins de partis dans un coin qui devisent en se tapant sur les cuisses. Mademoiselle S. entre, me jette sa carte d'identité au visage, sa convocation roulée en boule tout en me disant qu'elle n'a pas que çà à faire. Tout de suite le Président va lui rendre ses hommages non sans nous faire à la tablée un petit sourire qui en dit long... Et il s'en va dans le coin avec la jeune femme qui est fort fjolie ma foi. Pas contente contente S. Enfin, puisque c'est la loi... Elle est vraiment bien S. Je me dis qu'au lieu de biner mon jardin je n'y perdrais peut-être pas au change...
Peu à peu des gens s'amènent pour voter, Madame V. me remet ses document et le Président va la trouver en lui lançant un cinglant "Tiens donc, vous avez réussi à caser vos enfants". Et tout le bureau sauf S et moi de s'esclaffer. Parait qu'il pleut dehors, tant mieux j'aurais pas su tondre, et qu'il fait caillant, tant mieux, ici c'est chauffé, y a du café, des éclairs au chocolat et à midi le Président a prévu des sandwiches et en plus on a un peu se sous. Pas mal comme club de rencontres. S. et moi sommes très complices, on cherche ensemble les noms des gens dans le registre, on voit défiler tout le quartier, il y a même des voisins qui me disent enfin bonjour. Entre alors vers 9 heures un malabar plein de tatouages, l'affreux dans toute sa splendeur il va droit sur S et se met à l'engueuler qu'elle doit revenir à la maison garder le chien pendant qu'il va rouler avec sa moto. S. se met à pleurer et le Président s'interpose en priant le mec de sortir, comme il n'obtempère pas le flic du couloir arrive directo avec un collègue que j'avais pas vu et hop le violent est sorti du bureu. S. s'excuse auprès de tout le monde en disant que son compagnon n'est pas méchant mais qu'il a parfois des sautes d'humeur. Dans le petit carnet de rendez-vous de mon coeur une grosse croix noire vient biffer S. Pas de chance pour ce coup-là. C'est comme si tout à coup il faisait aussi froid et aussi moche dans le bureau de vote que dehors.
Vers 10 heures je sors pour aller faire pipi et m'aperçois de la longueur de la file, purée ! Il y a des mecs et des nanas bien fringués dans le couloir en plus des témoins et tout ce monde serre des mains, c'est tout sourire, on se croirait sur la Batte dimanche passé, d'ailleurs j'en reconnais... Le soleil est revenu.
Là maintenant commence mon calvaire.
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 16:20 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

864789 électeurs (au moins) n'ont pas voté ! Lundi 8 juin 2009 :

En me basant sur les chiffres officiels du site de l'Etat, pour les européennes, 6072 sur 6096 bureaux dépouillés, j'arrive à ce chiffre qui n'est pas rien quand on y pense. En 2004 les abstentionnistes étaient au nombre de 664264, en gros 200000 de moins, mais il faut tempérer cet écart en se disant que par rapport à 2004, cette année il y avait 208196 électeurs de plus, n'empêche.
Au niveau des votes blancs et nuls pour la Belgique le rapport 2004/2009 est 367944/433944 soit un bond de 65949 votes blancs (vides) et nuls (ne concernant que les votes papier puisqu'il est impossible d'avoir un vote nul en version informatique). Ce serait d'ailleurs intéressant d'avoir les chiffres en rapport avec les bureaux informatisés et les "papier".
En clair cela donne un chiffre de 1298733 personnes n'ayant pas donné leur voix à un quelconque parti, c'est énorme et il conviendrait d'affiner les chiffres par régions linguistiques, il semble que le plus ne non-présents au vote se situerait en Flandre, ce qui est logique puisque il y a un corps électoral plus important de ce côté, donc encore tout relativiser avant d'émettre des considérations "logiques".
Je pense, mais je me trompe peut-être, que le grand nombre de non-présents, de blancs et de nuls entre en considération dans la dévolution des sièges par le système dit d'apparentement. Comme je sais que je suis lu par beaucoup d'amis de tous bords j'en profite pour leur demander leur avis sur la question.
Hier dans la revue de presse j'ai appris qu'un journal flamand sortant le dimanche annonçait qu'un grand nombre d'électeurs ne se présenteraient pas parce que, pratiquement, les parquets ne sont pas en mesure d'engager des poursuite pour non respect de l'obligation de voter. Quelle incidence ce type d'article peut-il avoir sur le scrutin ?
On sait, en outre que la plupart des SDF, des prisonniers, des personnes isolées hospîtalisées ou malades chez elles n'ont pas voté. Que nombre de belges prennent leurs vacances à l'étranger où même suffisamment loin chez nous pour ne pas en revenir pour voter. Je pense que tous les prisonniers ne sont pas déchus de leurs droits civiques, pourquoi pas les aider à voter, idem pour les SDF dont la plupart sont connus des CPAS, et tous les malades. C'est vrai que le système des procurations existe et on sait que dans certains partis on joue beaucoup là-dessus pour éviter des déperditions de voix, ce système n'est, hélas, pas très connu et on en fait guère de pub dans les médias, ce qui est dommage et dommageable.
Je suis un chaud partisan du vote obligatoire parce que la politique çà concerne tout le monde. Pour gagner au Lotto il faut d'abord y jouer ! Il me semble que le système électoral est tout sauf proportionnel dans les critères d'attribution des sièges. Je crois aussi que la limitation des dépenses électorales pour les candidats est un leurre. Je ne comprends pas non plus pourquoi des étrangers ont dû s'inscrire pour voter alors qu'ils n'ont pas besoin de faire de telles démarches pour figurer dans la colonne des contribuables.
J'imagine, mais je suis "biesse" sans doute que l'Etat devrait envoyer envoyer en plus de la convocation pour voter les listes des candidats en lice en format papier par la poste. Voila donc quelques réflexions qui appellent vos commentaires que j'espère nombreux. Bon lundi !

Crévindju - 17 juin 2009

Rentré un peu plus tôt que d'habitude et ce foutu bidule qui met plus de temps à l'allumer, qui plante comme on dit. Résultat : c'est comme si j'étais rentré à la même heure. En plus, je ne sais pas chez vous mais il me semble que ce réseau social est bien lent ce mercredi !
Une pensée émue pour ce pauvre Elio qui est condamné à balayer son seuil chaque jour un peu plus, et plus il balaie et plus les crasses s'accumulent, va finir par s'étrangler avec son noeud-pap'. Rigolo, j'ai lu je ne sais plus sur quel média on line que Javaux était devenu "l'effet papillon", rapport avec cette chanson de je ne sais plus qui qu'on entend souvent à la radio. Je fais confiance à mon lectorat pour combler mes lacunes musicales. Et ce pauvre Didier se crashant après ses vertiges de pouvoir qui se sent poussé par ses amis vers la porte de sortie, sous les yeux faussement débonnaires du gros Loulou, vraiment se dit-il l'ami Didi : "c'est tro' injuste !" Merdre alors, pas d'idylle en vue entre Didi et Madame Nee comme on l'appelle à Voeren.
A quand un "plus belle la vie" avec nos "politocards" au casting ? Bon j'arrête là, çà ne fait plus rire personne.
Je m'en vais scanner à plat, pour changer, 23 photos à inclure au CD pour mon amie pour ses élèves, puis faudra encore les mettre en forme, et comme j'ai les doigts gourds çà promet des sueurs et des "nom di dju" en packs gratos dans les prochaines heures... Puis faudra encore graver les CD, autre paire de manches, faut avoir fini pour samedi midi, dernier délai et pour ce soir c'est déjà "caisse" je reçois mon pote Ibrahim et son frérot qui retourne demain à Djibouti pour causer de nos projets d'aide à l'école d'Obock, demain soir permanence du CRACPE, et vendredi un spaghetti avec ma cousine Lili, deux bonnes années de blablas à se raconter, et le travail en plus foutrecul ! C'est con mais çà me soulage d'écrire tout çà même si je conçois bien que je barbe mes lecteurs potentiels qui s'attendent à mieux que mes banals états d'âme, qui voudraient du plus croustillant, voire de la belle prose aux accents poétiques. Tant pis, ce soir c'est du rata, une bonne tartine. Bon appétit quand même !

Force m'est de reconnaitre... - 22 juin 2009

...que l'exercice du chant n'est pas à la portée du premier venu. Pourtant je m'accroche à cette nouvelle forme d'expression très personnelle même si, je crois, cela ne plait pas à beaucoup de monde. Très peu de commentaires alors que, par exemple mon interprétation d'un tube de Johnny a déjà été visionné 53 fois en moins de 24 heures selon le compteur de You Tube qui ne tient pas compte de mes propres visites.
Ce soir je voulais vous chanter autre chose, changer complètement de registre, interpréter un succès d'une femme comme Nicole Croisille qui est une de mes chanteuses préférées avec Barbara, Isabelle Aubret, Francesca Soleville... et puis cette nuit j'ai pensé à la Mauvaise Réputation de Brassens un peu en pensant à cette strophe " Mais les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux". Un peu comme un pied de nez à mes détracteurs, une provoc' en quelque sorte !
Je ne chante pas dans ma salle de bains le matin avant de partir au boulot mais si vous me croisez sur le Pont Kennedy à Liège vers 7 h 20, ne vous étonnez pas d'entendre quelques mélopées que vous aurez peut-être entendues comme moi une demi-heure avant sur Liège-matin, c'est sans doute à cette heure-là que le cerveau imprime le mieux ce qu'on veut lui faire retenir, c'est malheureusement souvent des conneries, alors quand c'est trop "bièsse" je farfouille sur mon disque dur derrière mon oreille interne gauche et me choisis moi-même l'ambiance de mon esprit. Pour revenir à mon exercice musical presque quotidien et à ma manière très particulière, voire déjantée, de chanter, je me dis que je ferais la joie de psys en mal de clientèle où d'étudiants-psys besogneux avides d'un "cas" pour leurs mémoires. Un obscur employé de bureau qui se prend pour un artiss' et qui déverse à pleins poumons sa déconne on line, cela doit cacher bien des mondes à explorer, à exploiter. Une variété - un ersatz peut-être - de "Papa", sans être un "homme de dossiers" ou alors pas les mêmes ! Bon je ne sais pas si je vais poursuivre ma carrière de chanteur via You Tube, même si çà m'amuse bien quand même. Je devrais peut-être, plutôt, revenir à l'écriture, et basta pour mon audimat. Je me tâte. Et vous ? Dites-moi votre avis sur la question :
Chevaljak en chanteur : Stop ou Encore ?
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 16:21 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

Je l'avoue... - 24 juin 2009 :

J'aime bien de vous chanter les chansons que j'affectionne via You Tube et FB, je suis le premier à reconnaître que ce n'est pas de la bonne qualité et si je les chantais devant un public réel je pense que ce serait encore plus mauvais. Comme vous le savez j'aime exprimer ce que je ressens on line, dans cet univers à première vue hostile. Je suis conscient que nombre des mes "amis" facebook me regardent et m'entendent avec un sourire en coin se disant que je suis un mec complètement tapé et que je ferais mieux de prendre des cours intensifs de chant ou alors la boucler et cesser d'emmerder le monde avec mes rengaines. Certains se demandent certainement pourquoi je me plais à voler si bas avec mes vidéos à la sauce camelotte, pourquoi donc s'entêter à faire le clown ? Cela ne fait plus rire personne !
Je réponds : j'aime bien et çà me plais de le faire, d'utiliser ma page FB, comme mon site perso, comme bon me semble. S'il est vrai que je "promotionne" mes "oeuvres" y compris par l'envoi de mails tout le monde reste libre de zapper. Il y en a plein sur ce site qui s'amusent avec les quantités d'applications plus ou moins psychologiques, c'est pas mon truc, on m'y invite tous les jours et je clique sur "ignorer", parfois, je l'avoue je réponds, c'est rare et puis je mets en liste noire ces applications quand elles deviennent trop envahissantes quand elle nécessitent d'inviter plein d'amis dans des chaines sans fin. Je ne sais pas pour vous mais moi j'aime ouvrir ma page et voir que j'ai des quantités de messages d'amis, çà fait plaisir même si cela ne me concerne pas directement, un exemple : un ami passe une vidéo qui me plait, je coche sur "j'aime" ou bien je fais un commentaire, et bien j'ai droit à tous les commentaires des autres amis de cet ami. Un jour j'ai salué une "amie" qui fait dans la politique de haut niveau, je me suis farci le même jour 80 messages de ses courtisans ! Moi çà me la fout mal dans des cas pareils. Notez bien que c'est de bonne guerre et çà permet de faire parfois des rencontres virtuelles intéressantes et même parfois de vraies rencontres et je ne parle pas ici d'histoires de Q. Comme, à première vue, mes détracteurs sont peu nombreux ou préfèrent se taire je continuerai donc presque chaque soir à vous abreuver(jusqu'à plus soif !) de mes chansons préférées en français à ma sauce. C'est peut-être con à dire mais j'avoue que j'aime bien çà et quand çà me lassera je passerai à autre chose.

Combien seront-ils ? - 29 juin 2009 :

Les "ceusses" qui ne rentreront pas au père Didier leur déclaration d'impôt cette année, seront-ce celles et ceux qui n'ont pas pris part au vote le 7 juin ? Ce serait intéressant d'établir des corrélations, j'espère que les politologues y penseront, de quoi meubler les JT creux de l'été.
L'an passé j'ai reçu mon "token" et ai fait ma déclaration en vingt minutes tout au plus, avec les félicitations du jury sauf que j'ai été convoqué à mon bureau régional pour y fournir des pièces justificatives que j'amais encore on m'avait demandé (les extraits de comptes prouvant les versements des pensions alimentaires pour mes enfants et mon ex épouse). Cette année je m'y prends à la dernière minute parce que j'ai attendu (vainement) une attestation fiscale pour un versement de cotisations de "membre d'honneur" à une société d'histoire de Visé. Paraitrait que je n'ai pas besoin de ce papier tout de suite, que je peux indiquer le montant versé sans problème. Bien, mais le problème est que pour atteindre le Tax-on-web c'est une autre paire de manches, la nuit passée on m'a refusé mon mot de passe puis mon token avant de m'envoyer paître après cinq essais infructueux, ce soir je m'y suis donc repris et j'ai pu rentrer dans la grande maison de Didier où tout est écrit si pmetit qu'il me faut ma loupe pour m'y retrouver. Je commence donc les vérifications de ce qui est déjà dans la base de données et c'est tout à fait juste, content que je suis, çà bloque par contre sur le revenu cadastral de ma baraque, enfin çà passe, j'arrive aux pensions alimentaires, tout va bien et puis crac, rupture avec le serveur, firefox me dit de réessayer, ce que je fais et re-belote, bon j'essaye Facebook, çà marche, donc la "panne" vient de chez Didier. Comme il fait épouvantablement chaud dans ma cambuse je me dis que je remettrait cela vers minuit (je suis un couche-tard, mais aussi un lève-tôt), je croise les doigts et je pousse la chansonnette histoire de me changer un peu les idées. J'espère qu'à cette heure-la çà ne se coupera pas, que je suerai moins et que je ne devrais pas me rabattre sur la formule papier et bic bleu ou noir... Wait and see !
Au fait qu'est-ce qu'on risque si on ne rentre pas sa déclaration, ou si on la rentre plus tard ? La même chose que si on ne va pas voter ?

L'absent a tort !  - 11 juillet 2009 :

Ce matin je consulte les commentaires de mes amis Facebook et un mot revient partout, une constante, c'est le mot "soleil", celui qu'on croyait bien installé la semaine passée quand même la nuit on suait à grosses gouttes. Hier soir et ce matin j'ai vu de la fumée à plusieurs cheminées et j'ai été à deux doigts de rallumé mon chauffage.

Le grand absent des Ardentes à Liège, c'est vrai que ce festival a le don de faire vendre des bottes d'hiver en plein été, sous le signe de la pluie il met un certain temps à démarrer, faut dire que le lieu est exigu et ce n'est pas près de s'arranger quand les projets pharaonniques de création d'un nouveau stade du Standard avec centre commercial commenceront à sortir de terre et à pomper plein de milliards dans les poches d'une population qui, en fait, n'en n'a rien à cirer, même si "papa", le sauveur des socialistes liégeois, y aura sa place VIPO ad vitam aeternam dans une loge à côté de la buvette.

Le soleil donc, celui qui dormait dans la poche de Julien Lahaut, celui qui est dans le coeur des gens qui croient encore aux lendemains qui chantent et qui chantent même aujourd'hui pour le plaisir et pas pour la tune, le soleil donc c'est vital, çà fait sucrer les figues et alléger les robes des filles.
Demain je serai, à cette heure-ci dans un train en direction de Tilly, la gare, Marbais, mon port d'attache. Deux jours que j'espère ensoleillés, pour mon amie Françoise surtout, qu'elle puisse comme samedi dernier profiter de son jardin, couchée sur son banc, que je puisse la doucher à l'abri des regards, merveilleuses images que l'on garde seulement sur les disques durs de nos cerveaux humains. Le soleil ce sera peut-être aussi chanter à deux, oser sa voix, unir les nôtres en nous filmant pour l'occasion en nous produisant à vos regards, à votre écoute.

Ce soleil-là, le mien, le sien, le nôtre mais aussi, et surtout, le vôtre, tout le monde en a besoin. Et si on se faisait nos propres "Ardentes" toute l'année pas rien que pour y barboter comme en danse des canards en odeur de chiens mouillés ?
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Chevaljak
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 16 Juil 2011
Messages: 183
Localisation: MARBAIS
Masculin Scorpion (23oct-21nov) 蛇 Serpent
Point(s): 107
Moyenne de points: 0,58

MessagePosté le: Dim 17 Juil - 16:22 (2011)    Sujet du message: Suite Répondre en citant

Je n'aime pas les Fêtes Nationales ! - 14 juillet 2009 :

Quand j'étais gosse le 14 juillet c'était recta, on allait au feu d'artifice au Jardin d'Acclimatation comme on appelait en ce temps-là le Parc de la Boverie à Liège. On s'asseyait dans l'herbe sur un papier journal et on attendait sagement l'envol des premières fusées, après le bouquet final on applaudissait et on revenait chez nous un peu plus loin rue des Vennes. Chaque année j'entendais mes parents dire que ce n'était pas normal d'avoir un si beau feu d'artifice pour la fête nationale des Français et rien pour notre fête à nous les belges une semaine plus tard. Nous n'allions pas aux festivités dans le Palais des Congrès, là c'était pour les riches et les "officiels", cela ne nous concernait pas. Au retour on allait traditionnellement "boire un verre" dans un bistrot de la place des Vennes dont j'ai oublié le nom, mais ce n'était pas Mardaga. Là mes parents guinchaient un peu et vers les deux heures du mat' je finissais par m'endormir sur une banquette tandis que la fête des adultes continuait et se terminait par une partie de belote le plus souvent copieusement arrosée. Il commençait à faire jour quand je rejoignais mon plumard. Le 21 juillet on ne faisait rien.
Après et durant quelques années on était à la mer le 14 juillet et depuis le 1er juillet d'ailleurs et là il y avait des feux d'artifice presque tous les jours, on n'allait même plus les voir.
Depuis que je suis adulte (enfin en âge de l'être) j'ai vu tout au plus cinq fois le feu d'artifice du 14 juillet à Liège et çà ne m'a pas marqué. Par contre j'ai suivi avec plus d'intérêt tout ce qui précédait, idem pour le 21 juillet, tout ce pathos patriotique, ces exaltations de la nation quelle qu'elle soit, les défilés militaires, les premières femmes soldats belges dont une cassant son talon peu après le salut au roi (rigolo, qui s'en souvient ?). De plus en plus la famille royale s'est ouverte au peuple, merci Anne Quevrin (qui fait partie de mes amies FB je crois). Fini de l'austérité de Baudouin et Fabiola, enfin des souverains à visage humain. N'allez pas croire cependant que j'aie viré ma cutti et que je sois devenu un royaliste fervent, loin de là. Je ne suis pas pour autant un rattachiste à la France et une République dirigée par un pantin, même avec une jolie épouse, çà ne me fait pas rire. France ou Belgique, Roi ou Président c'est du pareil au même, même si c'est plus people, c'est toujours la phynance (comme écrit Alfred Jarry) qui dirige vraiment. L'armée, même avec plein de missions de "paix" et d'humanitaire c'est toujours une armée avec des armes, chaque année des nouvelles, le commerce des armes est roi, même en France.
C'est vrai que j'aimerais mieux voir défiler 500.000 chômeurs réclamant de l'emploi et la Paix mais faut pas rêver... Bon ceci dit, j'aime pas les Fêtes Nationales mais je comprends quand même les gens qui les aiment, c'est leur droit et le Droit c'est encore quelque chose ici bas, même bafoué c'est encore une référence, et le peu qu'il en reste il ne faut pas le perdre. C'est un combat de tous les jours et dire sans cesse "ils" sont tous pourris n'amène à rien qu'à la "chienlit" comme disait De Gaulle et à l'avènement d'un pouvoir fort (comme l'espérait le même De Gaulle). Ceci dit, le 5 novembre prochain une cinquantaine de marcheurs pour la Paix traverseront Bruxelles, j'espère quand même que quelques-un des célébrateurs du 21 juillet les rejoindront même s'il n'y aura ni bombances ni feu d'artifice au programme.

Côte belge et nostalgie - 16 juillet 2009 :

La première fois que je suis allé vraiment en vacances à la mer du Nord, c'était une semaine avec ma maman "bij Maria", une pension de famille à Mariakerke, je devais avoir six ans. La mer je la regardais de loin, des dunes derrière la digue et les voies du tram, là ma mère se faisait bronzer et on n'était pas loin de "l'hôtel" s'il venait à fraichir ou à pleuvoir. J'étais fasciné par "la grande bleue" qui ne l'était pas souvent d'ailleurs et pourtant de ce temps-là on ne parlait pas encore de pollution et encore moins d'écologie.
L'année suivante je crois nous partîmes pour de vrai en vacances, mon père avait choisi un hôtel à Blankenberghe, un pas trop cher, pas trop près de la digue mais pas trop loin non plus. C'était une double bicoque assez ancienne dans une avenue et le patron qui nous accueillait nous présenta son établissement comme très bien fréquenté, notamment par des députés et des sénateurs ! Deux volées d'escaliers branlants nous conduisaient à la chambre n° 1 au premier étage. J'étais content c'était le numéro de maillot de Jacques Anquetil au Tour de France. La chambre était toute petite et très sombre mais le lit devait être bon avec une clientèle aussi huppée ! Dans un coin il y avait un petit lit cage pour moi, ma mère protesta mais le patron lui dit qu'il me suffisait de dormir les jambes pliées. Il faisait étouffant. Mon père ouvrit la fenêtre et eut une réaction de recul tant les embruns pestilentiels étaient fort, la fenêtre donnait sur un vaste dépôt de pommes de terre couvert avec dessus des verrière opaques et sales. Le patron de l'hôtel dissipa le malaise en nous invitant au repas puisqu'il était tout juste midi.
La salle à manger était composée d'une dizaine de tables en panolux sur lesquelles étaient dressées des assiettes dépareillées, des paniers avec des tranches de pain, et un cendrier Stella Artois. Nous ne dégustâmes que l'entrée... deux sardines à l'huile d'une boîte pour collectivités avec une fine rondelle de citron. Mon père se leva et nous dit : "on s'en va... hôtel de députés et de sénateurs, mon cul oui ! Ou alors ce doit être des députés communistes !". Nous partîmes donc comme des malpropres, ma mère pleurait et j'étais triste de quitter la chambre au numéro 1 de Jacques Anquetil.
Las, malgré la perte d'une semaine de location, mon père nous dégota une superbe pension de famille à Wenduine, l'Hôtel-Pension Georges, une grosse villa ancienne très cossue, certes un peu plus chère mais nous y passâmes de merveilleuses vacances.
Non seulement les chambres étaient confortables mais j'en avais une rien que pour moi tout seul, ce qui arrangeait bien mes parents, on se demande bien pourquoi... nous mangions dans une belle salle avec vue sur l'Avenue De Smet de Nayerlaan, tables nappées de blanc, belle vaisselle bien propre, couverts rutilants et chaque matin des miches et de la marmelade d'oranges à volonté.
Wenduine c'était moins "commercial" que Blankanbert comme on disait mais sur la digue il y avait des go-karts à pédales et la Brasserie Atlanta et puis entre ce village et De haan, il y avait de hautes dunes descendant directement sur la plage. C'était merveilleux pour moi, pour mes parents aussi même si cette année-là les dépenses furent strictement limitées... (à suivre si vous le voulez bien)

Côte belge et nostalgie (suite) - 16 juillet 2009 :

La première fois que je suis allé vraiment en vacances à la mer du Nord, c'était une semaine avec ma maman "bij Maria", une pension de famille à Mariakerke, je devais avoir six ans. La mer je la regardais de loin, des dunes derrière la digue et les voies du tram, là ma mère se faisait bronzer et on n'était pas loin de "l'hôtel" s'il venait à fraichir ou à pleuvoir. J'étais fasciné par "la grande bleue" qui ne l'était pas souvent d'ailleurs et pourtant de ce temps-là on ne parlait pas encore de pollution et encore moins d'écologie.
L'année suivante je crois nous partîmes pour de vrai en vacances, mon père avait choisi un hôtel à Blankenberghe, un pas trop cher, pas trop près de la digue mais pas trop loin non plus. C'était une double bicoque assez ancienne dans une avenue et le patron qui nous accueillait nous présenta son établissement comme très bien fréquenté, notamment par des députés et des sénateurs ! Deux volées d'escaliers branlants nous conduisaient à la chambre n° 1 au premier étage. J'étais content c'était le numéro de maillot de Jacques Anquetil au Tour de France. La chambre était toute petite et très sombre mais le lit devait être bon avec une clientèle aussi huppée ! Dans un coin il y avait un petit lit cage pour moi, ma mère protesta mais le patron lui dit qu'il me suffisait de dormir les jambes pliées. Il faisait étouffant. Mon père ouvrit la fenêtre et eut une réaction de recul tant les embruns pestilentiels étaient fort, la fenêtre donnait sur un vaste dépôt de pommes de terre couvert avec dessus des verrière opaques et sales. Le patron de l'hôtel dissipa le malaise en nous invitant au repas puisqu'il était tout juste midi.
La salle à manger était composée d'une dizaine de tables en panolux sur lesquelles étaient dressées des assiettes dépareillées, des paniers avec des tranches de pain, et un cendrier Stella Artois. Nous ne dégustâmes que l'entrée... deux sardines à l'huile d'une boîte pour collectivités avec une fine rondelle de citron. Mon père se leva et nous dit : "on s'en va... hôtel de députés et de sénateurs, mon cul oui ! Ou alors ce doit être des députés communistes !". Nous partîmes donc comme des malpropres, ma mère pleurait et j'étais triste de quitter la chambre au numéro 1 de Jacques Anquetil.
Las, malgré la perte d'une semaine de location, mon père nous dégota une superbe pension de famille à Wenduine, l'Hôtel-Pension Georges, une grosse villa ancienne très cossue, certes un peu plus chère mais nous y passâmes de merveilleuses vacances.
Non seulement les chambres étaient confortables mais j'en avais une rien que pour moi tout seul, ce qui arrangeait bien mes parents, on se demande bien pourquoi... nous mangions dans une belle salle avec vue sur l'Avenue De Smet de Nayerlaan, tables nappées de blanc, belle vaisselle bien propre, couverts rutilants et chaque matin des miches et de la marmelade d'oranges à volonté.
Wenduine c'était moins "commercial" que Blankanbert comme on disait mais sur la digue il y avait des go-karts à pédales et la Brasserie Atlanta et puis entre ce village et De haan, il y avait de hautes dunes descendant directement sur la plage. C'était merveilleux pour moi, pour mes parents aussi même si cette année-là les dépenses furent strictement limitées... (à suivre si vous le voulez bien)

Côte belge et nostalgie : suite - 16 juillet 2009 :

Plus vraiment une histoire qui se suit mais plus un rappel de souvenirs qui me viennent dans le désordre qui caractérise mon personnage. Mes vacances à la mer c'était chaque année en janvier que je les imaginais, que je les programmais par le détail. En janvier mon père qui était inspecteur d'assurances faisait le tour de ses courtiers et leur offrait un bel agenda avec couverture en cuir, comme il en avait toujours de trop j'en avais un. Cela devenait mon livre de bord axé uniquement sur ces fameux quinze jours de bonheur, je l'illustrais des photos de l'année d'avant, des morceaux d'emballages des divers magasins que nous fréquentions à la mer, de quelques herbes et fleurs à la manière d'un herbier pas très net. Chaque année tout était donc minuté sur ce que j'allais faire et chaque année, sur place, je ne complétais rien des nombreuses rubriques destinées à me souvenir plus tard, je laissais cet agenda au fond de ma valise et j'essayais en août de reconstituer ce que j'avais fait via l'agenda mais c'était bâclé.
Quand nous étions sur la plage on voyait souvent les rangs des colonies de vacances toutes proches, il y avait celle du "bleuet", une espèce de bâtisse carrée ressemblant à une prison que mon père appelait "Alcatraz des libéraux". Chaque fois qu'on les voyait au loin mon père fredonnait "les jolies colonies de vacances" de Pierre Perret et de rappeler que, de son temps, il allait chez les socialistes du côté de Coxyde, je crois que c'était au "Valheureux Liégeois". Une journée était consacrée à Méli-Park à la Panne, de préférence quand il pleuvait pour qu'il y ait moins de monde, cela faisait misérable et on revenait avec des pots de miel pour l'hiver.
En ce temps-là pour voir la TV il fallait aller dans les bistrots et nous étions de grands amateurs des "Jeux Sans Frontières", qui se souvient du gros maïeur de Ciney ? On allait donc les deux mercredis des vacances à Knokke à la pâtisserie Wullus qui avait une certaine classe manger des canards à la crême fraiche pour moi, des babas au rhum pour mes parents tout en nous extasiant devant un grand écran, en couleurs !
On allait au Zwin aussi donner à manger aux canards et regarder le repas des cigognes vers 16 h, j'y avais une réduction sur le prix d'entrée puisque j'étais "brigadier M", moi qui détestais le lait ! Là j'étais fasciné par les hiboux de toutes tailles à qui on ne pouvait pas donner à manger. Il n'y avait pas de perroquets, par contre à Liège, derrière la grande volière du Jardin d'Acclimatation (Parc de la Boverie) il y avait en ce temps-là quelques perroquets que les gardiens du parc faisaient parler. Je vous parle d'un temps que les moins de deux fois vingt ans ne peuvent pas connaître (clin d'oeil à Marie Bréda).
A la mer, surtout du temps de l'appartement on mangeait souvent des frites, on étalait les sachets ouverts sur la nappe en plastique de la table de la cuisine mais on se servait des fourchettes de l'appartement quand même. On faisait pique-nique dans les dunes avec des miches au fromage de Hollande ou au jambon d'épaule, le tout grinçant dans les dents avec le sable des dunes envolé par le vent. Un glacier en triporteur passait sur la plage et il avait de la glace à acheter par couleur, du rouge, du jaune et du brun, c'était infect, sans aucun rapport avec les cornets à 6 francs de Paolo qui passait rue des Vennes tout l'été.
Une fois on est allé au Musée de la guerre à Zeebruge, dans un vieux bâtiment, il y avait des cadres avec des photos des camps de concentration, des corps amoncelés, j'étais effrayé et un jeune couple d'allemands souriait en voyant les photos, ma mère n'a pas pu s'empêcher de les traiter de sales boches, çà c'est un souvenir bien marqué dans ma mémoire. Et quand en 1976 j'ai pu visiter le camps de concentration de Buchenwald ces images sont remontées à la surface avec une sensation de révolte comparable à celle de ma mère, que je n'avais pas comprise à l'époque de cette visite à Zeebruge.
Voila, on est le 16 juillet, ce jour-là, quand j'étais jeune, c'était fini de mes vacances, tout paraissait si vert à Liège, les arbres bien droits... On n'a plus ce dépaysement quand on va à la mer à l'époque actuelle, tout y est plus arboré, il faut aller sur la digue pour encore jouir du vent humide et salé dans la figure.
Voila, çà fait un peu ringard comme texte mais je l'assume.

Spa, Francorchamps, Banneux... - 16 juillet 2009 :

Et hop un grand flashback nostalgique pour changer, et comme il semble que vous préférez me lire plutôt que m'entendre et voir ce soir je vous en remets une couche.
Spa : du temps de ma jeunesse les seules folies qu'y faisaient certains c'était de flamber leurs sous au Casino. Spa était déjà une jolie petite ville agréable avec de nombreuses brasseries et quelques hôtels pour curistes. Nous y allions parfois le dimanche boire un coup à la fontaine où coulait l'eau ferrugineuse, celle qu'on ramenait dans des bouteilles à la maison et qu'on jetait bien vite à l'évier tant çà puait l'oeuf pourri et le liquide était trouble avec un dépôt de rouille au fond.
Francorchamps : Nous n'y allions pas pour les courses de voiture ni de motos mais souvent l'été pour y cueillir des myrtilles, des seaux de myrtilles ! On se servait d'un "peigne à myrtilles". Ma mère en faisait des confitures pour l'hiver. De temps à autres on allait finir la journée à l'Eau Rouge, coca pour moi et moultes bières pour mes parents.
Banneux : Non nous n'avons jamais été des "culs d'église", nous allions là dans les grandes prairies près de tout le tric-trac de boutiques à bondieuseries chercher des champignons, et on en ramenait des seaux. Saviez-vous que pour faire une bonne récolte il est d'usage de mettre sa veste à l'envers ? Nous passions quand même par le marché du temple en fin de journée pour chercher des frites que nous mangions dans la voiture sur le parking.
Aywaille : Sur le chemin de nos promenades dominicales, un bistrot près d'un pont, je sais plus lequel, mes parents y buvaient des scotch CTS ert moi je mangeais les cubes de fromage qui allaient avec.
Streupas : "Panékouplage", entre Angleur et Tilff à hauteur des Presses Raskin, bien avant la construction de l'Autoroute, on n'y allait pas, c'était "juste bon pour la racaille" comme disait mon père.
Au Fond des Cris : près de Ninane, pratique parce qu'on pouvait y aller en bus (le 31), on marchait un kilomètre et on y était, une "laiterie" comme on disait à l'époque, quelques jeux rouillés dans une prairie et sous un toit en tôle ondulée un vieux kicker et quelques tables et chaises bancales. Qu'importe, c'était la campagne et on y était bien.
Les cantons "rédimés", enfin je suppose que çà s'écrit comme çà, on allait là en hiver quand il y avait plein de neige et pas encore de skieurs en masses, d'ailleurs c'était si rare qu'on se bousculait pour en voir passer un et de nous moquer de lui comme un charlatan de Bruxeller. On passait par Sourbrood où mon père avait un de ses agents, ensemble les adultes prenaient une (des) goutte(s) et je me faisais ch... à attendre dans la voiture toute froide. Parfois on entrait dans un café styule chalet à Recht où mon père connaissait le patron et on me servait un Oxo avec du sel de céléri et une biscotte. C'était curieux pour moi à cet âge-là de voir que mes parents quel que soit le lieu ou la saison buvaient toujours de la bière (essentiellement) en disant bien haut que c'était pour le goût et non pas pour l'alcool. Il m'a fallu quand même quelques (trop brèves) années pour comprendre.
Liège enfin, ma ville natale que je considère comme la plus belle au monde malgré tout ce qu'on lui a fait en cinquante ans. Quand j'étais gosse je suis allé au cinéma Le Lido aux Vennes, une fois seulement avant qu'il ne devienne un garage, souvent j'allais voir des westerns au Novelty près de la rue Grétry, il y avait encore au centre plein de cinémas, et des beaux : le Marivaux, le Crosly, le Carrefour, et j'en oublie et le Caméo où j'ai vu mon premier Dracula pour mes 18 ans ! De ce temps-là les petites rues près de Hors-Château et en Outremeuse n'abritaient pas encore des architectes et autres écologistes bcbg d'avant la lettre, c'était encore des "coupe-gorges" ou, du moins, çà en avait la réputation ! De ce temps-là il y avait encore des trolley-bus où les enfants se battaient pour s'asseoir à la place du percepteur quand il n'était pas là... Ah, nostalgie quand tu nous prends. Bon maintenant je vais faire dodo et rêver au passé.
Bonne nuit les petits. Le marchand de sable est passé !
_________________
"Même ce qui est vrai est faux"
Père Alfred - Liège - 1964


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:18 (2017)    Sujet du message: Mes écrits sur Facebook

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le petit monde de chevaljak Index du Forum » le petit monde de chevaljak » Les écritures de Chevaljak Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Page 2 sur 5

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB v2 © 2001, 2005 phpBB Group ¦ Theme: subSilver++
Traduction par : phpBB-fr.com